Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Avec Hush, le fondateur de Morning relance un projet de néobanque

Après une première expérience de néobanque avec Morning, le Toulousain Eric Chapentier lance un nouveau projet, baptisé Hush. Coup d'envoi d'une levée de fonds en euros et en crypto-monnaies.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Avec Hush, le fondateur de Morning relance un projet de néobanque
Avec Hush, le fondateur de Morning relance un projet de néobanque © Hush

"Notre ambition est de créer une néobanque participative régulée, tokénisée et crypto-monnaie compatible", résume d'emblée Eric Charpentier, qui n'a rien perdu de son enthousiasme, moins d'un an après avoir quitté les rênes de sa première aventure. Le Toulousain avait défrayé la chronique à plusieurs reprises avec le lancement de sa néobanque, créée dès 2013, sous le nom de Payname. Lancée initialement pour développer une activité de gestion de paiements entre particuliers et de cagnotte en ligne, la start-up, rebaptisée Morning s'était transformée en néobanque indépendante, en 2016, avec l'obtention de l'agrément bancaire. Des problèmes de trésorerie et une suspension de ses autorisations ont finalement contraint le dirigeant à jeter l'éponge. Morning continue depuis son aventure sans lui, sous la houlette de la banque Edel (groupe E. Leclerc). Pas de quoi décourager Eric Charpentier, qui vient de remonter de toutes pièces un nouveau projet, avec la création de Hush, une société luxembourgeoise, dont la promesse est d'être "plus qu'une banque", avec un portefeuille en crypto-monnaie.


Lancement d'une ico

Constituée en avril dernier avec une équipe restreinte d'une dizaine de personnes, dont plusieurs anciens de Morning, la future néobanque souhaite fonctionner avec une gouvernance collective, basée sur la détention de tokens (jetons de valeur), les "Ush". Elle vient de lancer sa première levée de fonds en ICO (Initial Coin Offering), qui conjugue crowdfunding et possibilité de lever des fonds en euros et en crypto-monnaies. Une opération conduite par Chaineum, l'opérateur français dédié aux levées de fonds en cyber-monnaie, et en partenariat avec BIT Conseil, un spécialiste des crypto-monnaies et des protocoles de consensus distribué.

 

60 millions d’Ush devraient être émis, avec un prix unitaire de 70 centimes d'euros. "Notre modèle est transparent", insiste Eric Charpentier. La vente participative porte sur 70 % du stock d'Ush, le management, les conseillers et les partenaires se réservent 10 %. Le reste se partage entre les frais juridiques, un fonds destiné à soutenir les initiatives communautaires et une « réserve exceptionnelle". L'objectif est de lever entre 15 et 20 millions d'euros.


La demande d'agrément prévue pour début 2018

Le projet porte bien sur la création d'une néobanque avec déclinaison de plusieurs services, dont un compte avec Iban, un portefeuille pour les principales crypto-monnaies, une carte de paiement premium Mastercard World, des services d'assurance qui seront activés en fonction des besoins et des Ush qui assurent une gouvernance partagée et des revenus partagés. "10% des bénéfices de la société seront reversés aux utilisateurs et un système de points attribués en fonction de l'activité sur les comptes permettra de récompenser les utilisateurs réguliers", précise Eric Charpentier. "Nous voulons aller beaucoup plus loin que ce que nous avions amorcé avec Morning, grâce à une communauté d'utilisateurs motivée et active".

 

La levée de fonds devrait être bouclée d'ici fin janvier. Le dossier de demande d'agrément d'établissement de paiement européen sera déposé dans la foulée et l'offre de néobanque sera disponible pour septembre 2018, après une étape de beta-test qui pourrait être engagée dès le printemps 2018. En parallèle, l'équipe opérationnelle devrait être renforcée dès le premier trimestre 2018 pour développer l'infrastructure nécessaire, assurer le marketing et la communication du projet. Hush table sur 25 000 comptes dès la fin 2018.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale