Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Avec la blockchain, Embleema veut redonner la main aux patients sur leurs données médicales... et les rémunérer

mis à jour le 17 juillet 2018 à 14H45
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

A l'aide de son application PatientTruth qui s'appuie sur la technologie de la blockchain, la start-up Embleema souhaite que les patients partagent leurs données de santé avec les communautés médicales. Si seules les données des objets connectés Fitbit peuvent y être intégrées en France pour l'instant, Embleema veut y ajouter les informations du dossier médical électronique. Le but : développer une place de marché pour que ces données médicales soient vendues à des fins de recherche.

Avec la blockchain, Embleema veut redonner la main aux patients sur leurs données médicales... et les rémunérer
Avec la future place de marché d'Embleema, le patient sera en parfait contrôle de ses données et pourra choisir de les partager ou non et si oui auprès de qui.

Embleema lance ce mardi 17 juillet 2018 son application PatientTruth dont "l'idée est de redonner la main aux patients sur leurs données médicales" grâce à la blockchain, annonce à L'Usine Digitale son fondateur Robert Chu. Pour cela, l'application est développée à partir du protocole décentralisé et des "smart contracts" de la plate-forme Ethereum, notamment utilisés par Axa et la start-up lilloise Utocat pour créer de nouveaux contrats d'assurance paramétriques.

 

Uniquement "Fitbit-compatible"

Pour l'instant, les utilisateurs français de PatientTruth peuvent uniquement y stocker des informations provenant des objets connectés Fitbit. Pour la plupart, ce sont "des informations relatives au nombre de pas réalisés, à la distance parcourue, aux nombres d'étages, aux calories et au nombre d'heures de sommeil", liste Robert Chu. Mais Embleema devrait "très prochainement avoir d'autres marques compatibles avec son application", précise son fondateur.

 

 

Plus intéressant, aux Etats-Unis, il est possible d'y ajouter les informations contenues dans son dossier médical puisqu'il est électronique. En France, le dossier médical électronique sera généralisé en 2019. Peut-être qu'à ce moment-là, Embleema ajoutera aussi cette possibilité sur son application française.

 

Développement d'une place de marché

Pourquoi réunir ses informations médicales sur une application ? Avec PatientTruth, "le patient est en possession de son dossier médical et peut le partager à son médecin", explique Robert Chu. Dans un second temps, Embleema veut développer une place de marché sur laquelle les patients pourront vendre leurs données médicales à des fins de recherche. C'est là que la technologie de la blockchain devient très intéressante.

La blockchain offre "un très grand niveau de sécurité" et "les données transmises sont infalsifiables", assure Robert Chu. Grâce à cette technologie, la traçabilité est assurée et le patient "a connaissance de l'historique complet des consultations de ses informations", ajoute-t-il encore. Troisième point fort : "le consentement du patient" est au cœur de l'application. Il est en parfait contrôle de ses données et peut choisir s'il veut les partager ou non et, si oui, auprès de qui.

 

Mesurer la capacité des gens à utiliser des crypto-jetons

Avant de développer cette place de marché qui devrait être disponible courant 2019 aux Etats-Unis, Embleema veut "tester son application et mesurer la capacité des gens à utiliser de la crypto-monnaie", puisque la rémunération des patients se fait uniquement avec des crypto-jetons, explique Robert Chu. Il est possible de les utiliser sur d'autres plates-formes utilisant la blockchain développée par Ethereum ou de les échanger contre des euros.

 

 

En attendant, pour inciter à utiliser PatientTruth, les utilisateurs sont récompensés en crypto-jetons en fonction de leur utilisation de l'application. A titre d'exemple, la première connexion à PatientTruth rapporte 25 jetons. Mais, si la place de marché voit le jour, Robert Chu prédit déjà : "Avec un dossier complet comprenant beaucoup de données un patient en moyenne pourrait gagner 10 000 dollars sur 20 ans".

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale