Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Avec la dernière mise à jour de Landmarks, Google améliore sa reconnaissance de lieux à partir de photos

Google a annoncé vendredi 3 mai 2019 la mise à jour de sa base de données photographiques, qui recense des milliers de paysages et monuments. Nourrie à l'intelligence artificielle, Landmarks permet désormais une reconnaissance immédiate de ces sites.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Avec la dernière mise à jour de Landmarks, Google améliore sa reconnaissance de lieux à partir de photos
Avec la dernière mise à jour de Landmarks, Google améliore sa reconnaissance de lieux à partir de photos © Flickr - C.C. - frankieleon

Identifier un lieu de manière certaine ou le reconnaître sur n’importe quelle image d’un catalogue : la nouvelle version du programme Landmarks de Google, annoncée vendredi 3 mai 2019, permet au géant du Web de prendre le large sur la concurrence. Les données collectées ont pour objectif d’encourager la recherche en intelligence artificielle et en machine learning, avant de trouver des applications.

 

200 000 sites répertoriés

Cette seconde version permet, selon les dires de la multinationale américaine, d’affiner la lecture des images grâce à une compilation record de divers sites au niveau mondial. Google a donné la possibilité aux photographes amateurs de venir nourrir sa base de données. En fin connaisseurs de leur environnement quotidien, ceux-ci ont pu annoter précisément leurs clichés. En parallèle, la firme a croisé ces derniers avec les visuels libres de droit fournis par Wikimedia Commons.

 

Résultat : pas moins de cinq millions de photos sont désormais cataloguées par le service de Google, soit le double de la mouture précédente… pour quelque 200 000 sites aux quatre coins du monde – sept fois plus qu’en 2018 ! "Il s’agit du jeu de données le plus complet au monde", avancent Bingyi Cao et Tobias Weyand, ingénieurs logiciel chez Google AI. De quoi, selon eux, "entraîner la plus robuste des IA".

 

En rouge, les zones les mieux couvertes par Landmarks

et, en vert, celles nouvellement couvertes.

 

Parce qu’il s’agit bien là d’un outil destiné aux chercheurs. Depuis le lancement de la première version du programme, le géant du Web a d’ailleurs organisé deux compétitions… auxquelles ont participé plus de 500 experts en machine learning. Face à cet engouement, Google a non seulement décidé de reconduire ces événements… mais aussi de publier Landmarks en open-source dans le cadre d’une nouvelle méthode maison, baptisée "Detect-to-Retrieve". Cette dernière permettrait à l’analyse d’être encore plus précise en isolant les éléments caractéristiques d’un site. "Nous espérons que ces améliorations de notre dataset fera progresser l’état de l’art dans le domaine de la reconnaissance visuelle de monuments et de paysages", escomptent les ingénieurs sur le blog de Google AI.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale