Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Avec LDL Technology, Ffly4U élargit son offre de suivi d'actifs mobiles aux phases de transports routiers

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

La start-up toulousaine Ffly4U, spécialisée dans le déploiement de solutions de suivi d’actifs mobiles sur sites industriels et chantier, s'associe à un spécialiste de l'électronique embarquée, LDL Technology, pour assurer un suivi bout en bout, intégrant le transport par route.

Avec LDL Technology, Ffly4U élargit son offre de suivi d'actifs mobiles aux phases de transports routiers
De gauche à droite, Olivier Pagès, président de Ffly4U et Philippe Lefaure, président de LDL Technology, devant une remorque du transporteur RSO © Ffly4U

Créée en 2015 à Toulouse, Ffly4U a déjà séduit de nombreux industriels avec ses services de localisation basse fréquence des actifs mobiles (palettes, caisses, bennes, containers...) sur sites industriels et chantiers. La société a notamment décroché un marché avec Nexans, pour offrir un service de traçabilité de tourets utilisés pour le transport de câbles destinés aux chantiers de réseaux d'énergie à Enedis. Les capteurs implantés sur chaque touret permettent de les identifier, d'assurer leur géolocalisation sur les chantiers et même de renseigner à la fois Nexans et Enedis, grâce à un système de gestion dans le cloud, sur la longueur de câble déjà utilisée. Une alerte spécifique est prévue lorsque le touret est vide et prêt à être récupéré.

D'autres solutions sont en cours de tests ou de déploiement, en indoor, comme en outdoor, que ce soit sur des sites manufacturiers, des zones logistiques ou des chantiers, chez Spie, Butagaz, Daher ou encore Saint Gobain. "Le service ne se limite pas à la localisation du contenant, mais intègre des fonctions diverses de détection de mouvement, de température, d'humidité ou autres, afin d'apporter à nos clients des services complémentaires d'informations sur le couple contenant/contenu", souligne Olivier Pagès, fondtaier de Ffly4U.
 

Assurer aussi un suivi des marchandises pendant le transport

Toutefois, jusqu'à présent, les actifs étaient suivis sur leur site d'origine, puis sur les sites de stockage ou de livraison, mais pas pendant les phases de transport. C'est pour combler cette lacune que Ffly4U vient d'engager un partenariat avec LDL Technology. Spécialiste de l'électronique embarquée pour véhicules terrestres, la PMI toulousaine, créée en 2004, est aujourd'hui positionnée sur le marché des boîtiers télématiques embarqués sur camions, autobus et remorques. Ses unités de contrôle télématique permettent d'intégrer plusieurs fonctions électroniques et la gestion de capteurs sans fil en un seul module, installé dans le véhicule ou sous le châssis. Elle emploie une cinquantaine de salariés, avec des bureaux au Japon et aux USA et a réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires de 10,5 millions d'euros.

L'ambition des deux partenaires est d'allier leurs expertises pour offrir aux acteurs de la supply chain et de la logistique la continuité d'un service de suivi en temps réel de leurs biens, du site de production jusqu'à la mise à disposition chez le client final, en passant par le transport routier. L'idée est d'intégrer une option de suivi des phases de transport dans les solutions de suivi d'actifs mobiles de Fly4U, grâce au boitier télématique développé par LDL Technology. "Nous allons ouvrir notre plateforme télématique aux informations contenues dans les tags connectés de Ffly4U, grâce à un protocole sécurisé", précise Philippe Lefaure, le président de LDL Technology. Les premiers tests en phases pilotes sont prévus dès cette fin d'année en partenariat avec des industriels et plusieurs transporteurs, dont RSO, à la fois en France et en transport international, sur le Benelux.

Le nouveau service, baptisé "Route Tracking", devrait être proposé par Ffly4U à ses clients, dès la fin du 1er trimestre 2018. De quoi contribuer au développement commercial de ses solutions. La start-up, dont l'effectif est de 12 salariés, table sur un chiffre d'affaires de 2 millions d'euros pour 2018, contre 450 000 euros attendus pour 2017.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale