Tout le dossier Tout le dossier

Avec le Lima, c’est le design qui réinvente le partage de fichiers

Star annoncée du CES 2015, le boîtier Lima, qui automatise le partage de fichiers sur tous les appareils de la maison, est né deux fois du design. La première fois, du design thinking, pour définir sa conception. La deuxième pour donner une identité à un objet qui doit se faire oublier.

Partager
Avec le Lima, c’est le design qui réinvente le partage de fichiers

Sans design, Lima n’existerait pas. "Le Lima a été conçu avec une approche de design thinking depuis le début ", explique Séverin Marcombes, cofondateur de la start-up française à succès. Elle a en effet réussi à lever 1,2 million de dollars auprès de 12 000 personnes (backers) sur Kickstarter à l’été 2013, pour développer son boîtier qui automatise le partage de fichiers sur tous les appareils de la maison. De quoi passer à l’industrialisation du produit (les premiers Lima seront livrés aux bêta testeurs courant décembre 2014), après la phase 2 du design, qui posait une difficile question : quelle forme donner à un objet high-tech qui, une fois sorti de sa boîte et branché, devra se faire oublier ? Pour y répondre, Séverin Marcombes a fait appel au designer David Moreeuw, spécialisé dans le petit électroménager. "Ce produit est utilisable par tout le monde. Il fallait donc s’écarter de produits techniques comme les routeurs, avec une forme minimaliste assez simple ", explique le designer.

Cacher la technologie

Mais avant de repenser la forme (le prototype était une petite boite noire), Séverin Marcombes a réfléchi sur la marque. L’entrepreneur a décidé d’abandonner un nom pourtant très explicite, "Forget Box" — encore trop proche des Livebox et autres Dropbox, et donc trop connoté technologie à son goût — pour celui de "Lima". "Ce mot apporte la simplicité. Il exprime des idées qui ne sont pas en rapport avec la technologie. Il se veut proche et féminin grâce à sa terminaison en "a" ", explique l’entrepreneur. Volontairement, la marque ne donne donc plus la fonction du produit.

Retrouvez notre dossier "Objets connectés : la French touch jusque dans le design"

"C’est de la technologie qui doit se faire oublier", martèle encore une fois Séverin Marcombes. Une approche poussée jusque dans l’application logicielle, qui n’apparaît plus sur les ordinateurs, tablettes, box et autres smartphones, que sous la forme d’une petite icône rappelant le signe mathématique " infini". Celui-ci représente le caractère quasi illimité de la synchronisation (le boîtier peut stocker ses données sur 8 disques durs différents…) et se retrouve sur le boîtier, en couleur, en bandeau. "L’idée de mettre en avant le logo est venue au court des échanges. Nous nous sommes inspirés des cartons dorés qui baguent les cigares", explique David Moreeuw.

une innovation récompensée

Une inspiration qui se retrouve également dans la gestion des couleurs. En standard, le produit sera blanc, avec différentes couleurs de logo disponibles à l’achat, pour que chacun puisse s’approprier l’objet. Mais les geeks disposeront de Lima en série limitée : 500 exemplaires de boîtiers bleus bagués blanc pour les investisseurs de la première heure et une version noire à la bague bleue pour les betatesteurs. "La couleur sera comme un remerciement pour les premiers à avoir cru au projet", résume Séverin Marcombes. Il s’apprête d’ailleurs à livrer les 100 premiers exemplaires du produit qui devrait être mis en vente au printemps 2015.

C’est sur cette partie industrialisation qu’a principalement travaillé David Moreeuw. "Plutôt que l’aluminium imaginé au départ, j’ai préconisé du plastique injecté, pour n’avoir qu’un seul fournisseur et être et capable de travailler les finitions pour donner la qualité souhaitée à la matière ", explique le designer. C’est aussi lui qui a proposé une architecture qui facilite le montage et réduit les problèmes d’assemblage, réalisé en Chine, du circuit. Ce dernier est vissé sur un support qui sert de glissière aux deux coques blanches qui se clipsent entre elles.

Des choix qui ont séduit. Le Lima a déjà décroché un CES Innovation Awards.

Aurélie Barbaux

SUR LE MÊME SUJET

PARCOURIR LE DOSSIER

La santé

Après la fourchette, le biberon : Slow Control s'affirme comme le spécialiste de la nutrition connectée

Technos et Innovations

"Kickstarter est un passage obligé pour tout nouveau fabricant de hardware" selon le PDG d'Optinvent

Logiciels & Applications

Virdys, l'animation 3D pour tous

Start-up

Smart me up, la start-up française qui vous dévisage

Technos et Innovations

3DRudder : les interfaces de demain se contrôleront aussi... avec les pieds

French Tech

Infographie : la French Tech en force au CES 2015

Electronique

Avec son Phantom, Devialet dompte le son

Start-up

Airboxlab et son boitier de suivi de qualité de l'air : on efface tout et on recommence (ou presque)

Start-up

Voxtok veut installer sa box audio dans le salon des mélomanes

Start-up

Matooma, spécialiste du M2M, profite du CES pour lancer son expansion à l'international

CES

CES 2015 : Axelle Lemaire et Emmanuel Macron lancent les start-up à la conquête de l’Ouest

Start-up

R3D3, la poubelle du futur née en France, tente l'aventure américaine

CES

Bodycap et Ob'do font équipe pour faire bouger les seniors

Start-up

Prizm : l'objet connecté qui invente la musique sur mesure

Start-up

3D Sound Labs, le son Home Cinema dans un casque

Loisirs numériques

Adways veut industrialiser la vidéo interactive

Start-up

"Au CES, nous sommes comme des business angels pour les start-up françaises", explique Eric Morand d'Ubifrance

Start-up

Busit veut relier services web et objets connectés en mettant l'accent sur la sécurité

CES

La tactique de Ticatag : perfectionner ses balises de localisation

CES

Sezam veut séduire les pros de l'événementiel avec son bracelet NFC

Start-up

Prynt, la start-up française qui fait forte impression

Start-up

Phonotonic transforme votre corps en instrument de musique

CES

Avant le CES, le spécialiste du textile connecté Cityzen Sciences tisse des liens avec le Japon

La pépite

Sevenhugs connecte le sommeil de la famille

CES

Feeltact, le bracelet connecté qui invente un langage tactile

CES

Myfox compte s'imposer dans les maisons américaines en révélant des produits dédiés au CES

CES

CES 2015 : 120 entreprises françaises à Las Vegas

Start-up

Smokio, l'inventeur français de l'e-cigarette connectée, veut accélérer son développement aux Etats-Unis

Technos et Innovations

Rollkers, les accélérateurs de piétons veulent convaincre outre-Atlantique

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS