Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Avec le protocole Eddystone, Google veut ouvrir les vannes du marketing géolocalisé

Au cœur de l'été, Google a dévoilé un nouveau protocole, baptisé Eddystone, concurrent de l'iBeacon lancé en 2013 par Apple. Ce nouveau standard de communication open source, qui permet d'échanger des infos entre des balises et des smartphones iOS et Android via Bluetooth 4.0, va donner de nouveaux pouvoirs aux créateurs d'applications basées sur la géolocalisation.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Avec le protocole Eddystone, Google veut ouvrir les vannes du marketing géolocalisé
Avec le protocole Eddystone, Google veut ouvrir les vannes du marketing géolocalisé © Google

En 2013, Apple a lancé l'iBeacon, un protocole de communication Bluetooth 4.0 permettant la communication entre des balises ("beacon" en anglais) et les smartphones compatibles passant à proximité. Cette technologie permet à des lieux de détecter les passants et d'interagir avec eux. C'est ce système qui est utilisé dans certains musées pour distiller des informations sur les œuvres au passage de visiteurs, par exemple, ou mis en œuvre par Apple dans ses propres boutiques. Les possesseurs de smartphones de la marque peuvent ainsi trouver des informations contextuelles au fil de leur visite.

 

Avec un peu de retard, Google investit lui aussi ce terrain avec un tout nouveau protocole, baptisé "Eddystone", du nom d'un célèbre phare anglais, situé au sud du pays dans la Manche. Car ces balises, un peu "comme les phares qui ont aidé les navigateurs à parcourir le monde pendant des centaines d'années", permettront à chacun "de se localiser et de bénéficier d'informations contextuelles par le biais d'applications", explique Google sur son blog dédié aux développeurs.

 

des balises interactives... et plus réactives

 

Contrairement à l'iBeacon d'Apple, Eddystone est un protocole open source et non propriétaire, et il est multi-plate-formes (compatible Android comme iOS). Les balises actuellement déployées pourront être rendues compatibles par l'ajout d'un simple firmware ; les développeurs pourront également mettre à jour leurs applications pour les enrichir grâce à Eddystone. Et surtout, les balises pourront envoyer des données mises à jour en temps réel, là où auparavant, elles se contentaient de signaler leur présence, via un message unique préprogrammé.

 

On peut imaginer des applications véritablement interactives : horaires actualisées près d'un arrêt de bus, menu du jour dans un restaurant… Google va publier deux API (interfaces de programmation), Proximity beacon et Nearby, qui permettront de gérer des flottes de beacons, et de configurer les informations contextuelles qu'ils pourront délivrer (grâce au cloud). Nearby permettra aussi des interactions entre plusieurs utilisateurs connectés à une même balise. Autant de possibilités techniques qui devraient nourrir une nouvelle génération de services et d'offres marketing basées sur la géolocalisation.

 

Google utilisera d'ailleurs lui-même la technologie Eddystone pour affiner les données locales proposées dans Google Maps et l'assistant Google Now. A Portland, dans l'Oregon, des horaires de bus et informations trafic actualisées sont déjà envoyées par ce biais aux usagers qui le souhaitent lorsqu'ils passent près d'un arrêt.

 

Avec Eddystone et les API associées, Google ambitionne de construire un véritable écosystème, se posant en alternative, ou en concurrent d'autres solutions ou protocoles comme le NFC… voire même les réseaux bas débit Sigfox et LoRa.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale