Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Avec le robot Valkyrie, la Nasa vise Mars

Nicolaus Radford (Dexterous Robotics Lab, Nasa Johnson Space Center), dirige l’équipe Nasa JSC qui a construit le robot Valkyrie qui participe au Darpa Robotics Challenge. “Val” et ses 125 kilos occupent une équipe de 55 personnes qui travaillent - en roulement - 22 heures par jour.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Avec le robot Valkyrie, la Nasa vise Mars
Avec le robot Valkyrie, la Nasa vise Mars

L'Usine Digitale - Comment avez-vous appréhendé cette compétition et sur quel défi technique votre équipe s’est-elle concentrée en priorité ?

Nicolaus Radford - En tant que participants du groupe A, nous devions à la fois construire un robot et concevoir le logiciel pour le faire fonctionner. Nous nous sommes appuyés sur les connaissances accumulées grâce au Robonaut et aux exosquelettes que développent la Nasa. Le calendrier était extrêmement serré (moins d’un an, ndlr). Nous avons passé trois mois à concevoir le robot, trois mois à le fabriquer et trois mois à l’assembler. Dans le même temps, l’équipe chargée du logiciel et de la simulation a créé la structure du code, les outils et les premiers algorithmes de contrôle et de commandes. Le Johnson Space Center n’ayant jamais construit de robot bipède, nous avons opté pour un contrôleur de marche très simple au départ afin de pouvoir commencer à se préparer aux épreuves du concours. Nous avons donc choisi d’affiner les commandes au fur et à mesure.

Quelles sont les principales difficultés que vous avez rencontrées en préparant les huit épreuves de la compétition ?

La locomotion bipédale, qui implique une stabilité du corps, a été un challenge puisque nous ne l’avions encore jamais fait. Le contrôle des postures, l’intégration de capteurs et de données, la conception d’un système de batterie compact et la réduction du poids nous ont également donné du fil à retordre. Les huit épreuves ont été très difficiles à maîtriser étant donné le calendrier imposé - chaque tâche aurait pu faire l’objet d’une année de recherche !

Outre cette compétition, quelles sont vos ambitions pour Valkyrie ?

La Nasa investit dans le projet Valkyrie avec dans l’idée d’aller plus loin dans la conception de robots humanoïdes. Pour les futures explorations spatiales, nous aurons besoin des robots. Les missions vers Mars ou vers la Lune, par exemple, donneront lieu à des missions robotiques exploratoires, pour préparer le terrain pour les astronautes. Lesquels, une fois sur place, devront pouvoir travailler main dans la main avec ces robots.

Charlotte Alix

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media