Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Avec le Swave, Paris veut conjuguer innovation financière, durabilité et responsabilité

Comment réorienter les flux financiers vers une économie plus verte ? C'est sur cette question que se pencheront, ce mardi 12 décembre 2017, une cinquantaine de chefs d'Etat et de gouvernement à l'occasion du sommet One Planet Summit. C'est aussi l'un des axes forts du Swave, le nouvel incubateur de Paris&Co dédié aux fintechs. La structure vient de séléctionner sa première promotion et fédère de plus en plus de grands groupes.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Avec le Swave, Paris veut conjuguer innovation financière, durabilité et responsabilité
L'équipe de Swave, le nouvel incubateur dédié aux fintech développée par Paris&Co, l'agence de développement économique et d'innovation de Paris. © Swave

23 start-up spécialisées dans la néobanque, la cybersécurité, le machine learning et la blockchain poseront leurs valises à la Grande Arche de la Défense dès janvier 2018. Ces jeunes pousses, dont on ne connaît pas encore le nom, constituent la première promotion du Swave, la nouvelle plate-forme d'innovation opérée par l'agence Paris&Co et dédiée aux fintechs.

 

"Le projet n'est pas né du Brexit, sa conception remonte à l'avant-Brexit mais nous voulons profiter de cette opportunité pour replacer Paris comme la place motrice de la finance durable et responsable en Europe", expose Edouard Plus, à la tête du Swave. Cette volonté fait particulièrement écho à l'actualité puisque demain se tiendra le sommet One Planet Summit dont l'objectif est de mettre la finance au service d'une économie moins polluante.

 

Finance verte, inclusion et responsabilisation

"On s'est rendu compte avec la crise financière passée que l'industrie financière dans son ensemble avait pris le chemin de l'innovation à l'envers, en intégrant des projets techniques sans se poser la question du pourquoi et du comment", poursuit Edouard Plus. Pour ne pas reproduire ce schéma, le Swave intègre ces deux critères (responsabilité et durabilité) dans son processus de sélection. Certains des projets retenus ont ainsi mis en place un comité éthique, d'autres proposent des solutions pour faciliter le financement de projets de développement durable. Certains abordent également la question de l'inclusion financière, le financement de micro-entreprises ou encore l'éducation de la nouvelle génération pour en faire des utilisateurs plus responsables.

 

Les jeunes pousses sélectionnées ont tiré leur épingle du jeu parmi 78 candidatures françaises et étrangères. Leur programme d'incubation, d'une durée de 12 mois renouvelable deux fois, débutera début janvier 2018. Au menu : un accompagnement sur les questions génériques liées à l'entrepreneuriat (marketing, RH, levées de fonds, etc.) et en parallèle une offre de mentoring proposée par des spécialistes des marchés financiers. Il leur coûtera 5000 euros, auxquels il faut ajouter l'hébergement dont le prix serait deux fois moins cher que ceux du marché.

 

Fédérer les grands groupes

Les lieux, 2500 mètres carrés à la Grande Arche de La Défense, ont été choisis à la fois pour le symbole et pour permettre aux jeunes pousses d'être en connexion avec le reste de l'écosystème, explique Edouard Plus. La conception de la plate-forme a été pensée dans la même logique. Le Swave (dont le budget n'a pas été révélé) est à la fois financé par l'Etat et différentes grandes entreprises, dont la Société Générale, AG2R La Mondiale, New Alpha Asset Management, le Crédit Municipal de Paris et Exton Consulting. D'autres grands comptes partenaires seront annoncés dans les prochains jours. L'idée, à terme, est de réunir toute la chaîne de valeur et d'intégrer des acteurs du monde du paiement, du e-commerce, de la cybersécurité, mais aussi des télécoms.

 

Le Swave n'est pas le premier incubateur dédié aux fintechs à voir le jour dans l'Hexagone (BNP Paribas a lancé un incubateur à Station F et le Crédit Agricole a lancé Fintech Go avec Euratechnologies) mais la plate-forme d'innovation de Paris&Co entend justement faire la différence grâce à son approche multi-corporate. "Les problèmes avec les initiatives monocorporates, c'est qu'elles ont tendance à placer les start-up dans un carcan", juge Edouard Plus. Lui, qui entend créer des ponts et pas des murs, s'attelle à multiplier les collaborations avec le monde de la recherche (l'institut Louis Bachelier fait partie des premiers partenaires et la signature avec une grande université sera prochainement officialisée) mais aussi avec d'autres places financières... dont celles de Londres, qui dispose depuis plusieurs années déjà d'une structure équivalente avec l'incubateur Level 39. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale