Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Avec les prises électriques Archos et les antennes Qowisio, les réseaux LoRa se multiplient

mis à jour le 06 octobre 2015 à 19H36
Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

La start-up angevine Qowisio annonce rejoindre l'alliance LoRa. Son futur réseau dédié à l'internet des objets sera compatible avec son propre protocole de communication UNB et celui de LoRa. Archos aussi arrive sur ce terrain, où l'on ne l'attendait pas. Il crée une filiale qui déploiera un réseau LoRa dans toute l'Europe d'ici 2016, avec une approche innovante : en mode collaboratif.

Avec les prises électriques Archos et les antennes Qowisio, les réseaux LoRa se multiplient
Archos va déployer le réseau LoRa via ces prises connectées servant de pico-passerelles réseaux. © PicoWAN

Il n'y aura pas un, ni deux, mais au moins quatre réseaux nationaux LoRa en France ! Après Bouygues Télécom et Orange, deux autres acteurs annoncent ce 6 octobre le déploiement de réseaux bas débit longue distance pour l'internet des objets basés sur cette technologie.

 

Archos arrive sur un nouveau terrain

 

Le premier est le fabricant de produits électroniques français Archos. Il va créer une filiale pour l'occasion, PicoWAN, présidée par Henri Crohas, qui retrouve ainsi un rôle opérationnel dans l'entreprise qu'il a fondée.

 

La démarche est originale : PicoWAN ne va pas déployer un réseau de façon classique, par des antennes placées sur des points hauts, mais via des "pico-passerelles réseau" sous forme de prises électriques. Ces prises connectées par Wifi ou Ethernet joueront le rôle de relais du réseau LoRa, grâce à une puce intégrée. La portée de ces pico-passerelles serait équivalente à celle d'antennes sophistiquées, qui coûtent pourtant 100 fois plus cher, assure l'industriel mué en opérateur.

 

200 000 de ces pico-passerelles seront distribuées gratuitement partout en Europe pour construire rapidement un réseau dense (un peu sur le principe des hotspots Wi-fi). PicoWAN facturera ensuite des tarifs réseaux dès 50 centimes d'euros par an et par objet. 50% du revenu généré par ces connexions sera partagé avec ceux qui déploieront son réseau de prises-passerelles. Archos mettra également à disposition des fabricants d'objets connectés un logiciel pour assurer la compaptibilité de leurs appareils.

 

Avec ce plan ambitieux, PicoWAN entend déployer "le premier réseau LP-Wan collaboratif à diffusion virale, le plus dense d'Europe et le plus compétitif en terme de tarif."

Qowisio veut mettre fin à la bataille des réseaux

 

La deuxième annonce de ce 6 octobre émane de la start-up Qowisio, qui avait levé 10 millions d'euros juste avant l'été pour déployer un réseau concurrent. Elle n'y renonce pas, mais ses antennes (qui commencent à être déployées) seront à la fois compatibles avec sa propre technologie Ultra narrow band et avec celle de LoRa. L'entreprise veut laisser le choix à ses clients, grâce à un réseau bi-mode.

 

"Les batailles technologiques sont à mes yeux inutiles", déclare Cyrille le Floch, le président de la start-up, dans un communiqué. "Nous sommes sollicités par plusieurs centaines de start-up qui hésitent à s'engager dès aujourd'hui sur une seule technologie. Après avoir exploré séparément les solutions Sigfox et LoRa, elles recherchent une solution qui ne les engage pas à l'avenir dans une impasse technologique. Qowisio leur offre une solution interopérable quasi immédiate." Le "quasi" a son importance car la couverture nationale n'est pas encore au rendez-vous. Lors de sa levée de fonds de 10 millions d'euros à la fin du printemps, Qowisio annonçait vouloir rapidement s'installer sur 1600 à 1800 points hauts du pays d'ici 2016.

 

Par cette décision stratégique, la start-up acte la montée en puissance de LoRa, et montre qu'elle ne veut pas s'arc-bouter sur la promotion de sa propre technologie. C'est avant tout sur les services d'accompagnement aux industriels, PME et start-up des objets connectés qu'elle compte se différencier. Mais elle continue à rester discrète sur l'avancée du déploiement de son réseau, et sur son modèle économique...

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale