Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Avec "Mon espace santé", le gouvernement veut faciliter la gestion des données médicales des Français

Le gouvernement vient de présenter sa stratégie sur "Mon espace santé", le futur service public dédié à la gestion des données de santé des Français. Son lancement est prévu en janvier 2022 après une phase test. Il intégrera l'actuel "dossier médical partagé", un agenda de santé, une messagerie sécurisée et un catalogue d'applications.   
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Avec Mon espace santé, le gouvernement veut faciliter la gestion des données médicales des Français
Avec "Mon espace santé", le gouvernement veut faciliter la gestion des données médicales des Français © Ministère de la Santé

En avril 2019, la ministre chargée la Santé Agnès Buzyn a présenté une feuille de route ayant pour ambition de transformer durablement le système de santé français grâce au numérique. Ce chantier d'ampleur inclut notamment la mise en place de "Mon espace santé", dont le lancement est prévu pour janvier 2022. Le gouvernement vient de détailler le fonctionnement de ce nouveau service public.

Les données seront hébergées en France
Il s'agit d'un "espace numérique individuel" mis à la disposition par l'Etat et l'Assurance Maladie, a expliqué Olivier Véran, ministre de la Santé et des Solidarités. Il permettra à chaque administré de stocker ses données de santé et de les partager avec les professionnels de santé. Toutes ces données seront hébergées en France. Reste à savoir quel hébergeur sera choisi. 

Le site "Mon espace santé" sera accessible via smartphone, tablette et ordinateur. Une application mobile sera également disponible mais sa date de lancement n'est pas encore connue. Son développement technique a été confié à Atos, accompagné d'Octo, Accenture et Maincare.

Quatre services en une application
Dans les détails, ce nouvel service va intégrer quatre modules : un dossier médical partagé (DMP), un agenda de santé, une messagerie sécurisée et un catalogue d'applications.
 


Le DMP existe depuis plusieurs années mais a connu plus de dix ans d'échecs. Apparu en 2004, il n'a été lancé officiellement qu'en 2011 pour un investissement initial de 200 millions d'euros. Pourtant seuls 50 000 dossiers avaient été créés. Le dispositif a été relancé en novembre 2018. Près de 10 millions de DMP ont été ouverts début 2021, ce qui correspond à 10% de la population adulte. 

Cet sorte de "carnet de santé en ligne" stockera des informations médicales, telles que les traitements, les résultats d'examens, les antécédents médicaux, les comptes-rendus d'hospitalisation... Il a pour objectif d'améliorer le suivi médical, notamment en cas d'urgence. Il sera consultable par un nombre limité de professionnels de santé. 

L'agenda de santé permettra d'enregistrer ses rendez-vous médicaux. Il permettra également de recevoir des rappels pour les vaccins et les dépistages recommandés. La messagerie sécurisée sera dédiée aux échanges confidentiels entre les patients et les professionnels de santé.

Un catalogue d'applications dans la santé et le bien-être
Enfin, "Mon espace santé" proposera un catalogue d'applications développées par des acteurs publics et privés dans les domaines de la santé et du bien-être. A la suite d'un appel à projets, 30 organismes ont été retenus, spécialisés dans les objets connectés, la téléconsultation ou encore la prise de rendez-vous en ligne. Un arrêté devrait être publié à l'automne pour dévoiler leurs identités.

Le déploiement de ce nouveau service se fera en deux temps. La phase pilote sera lancée en juillet 2021 dans trois départements, la Haute-Garonne, la Loire-Atlantique et la Somme. Puis, "Mon espace santé" sera entièrement déployé en janvier 2022. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.