Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Avec Oculus Go, Mark Zuckerberg veut convertir un milliard d'utilisateurs à la réalité virtuelle

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Vidéo Pour démocratiser la réalité virtuelle auprès du plus grand nombre, Oculus annonce Go, un nouveau casque qui ne nécessite ni smartphone, ni PC pour fonctionner. Proche des performances du Gear VR, il le surpasse en tous points, et représente aussi une opportunité pour Oculus de ne plus dépendre de Samsung sur le marché mobile.

Avec Oculus Go, Mark Zuckerberg veut convertir un milliard d'utilisateurs à la réalité virtuelle
Avec Oculus Go, Mark Zuckerberg veut convertir un milliard d'utilisateurs à la réalité virtuelle © Oculus

Mark Zuckerberg a ouvert la conférence Oculus Connect 4 le 11 octobre avec une ambition renouvelée... et décuplée. Le marché de la réalité virtuelle grand public a beau se développer moins vite que certains ne l'auraient voulu, il n'en démord pas : la VR sera la plate-forme informatique du futur. Et il s'est fixé un nouvel objectif de taille : apporter la réalité virtuelle à un milliard d'utilisateurs.

 

Oculus Go, pour démocratiser la VR

Sa solution pour atteindre (ou du moins se rapprocher) de ce chiffre s'appelle Oculus Go. Il s'agit d'un nouveau casque de réalité virtuelle se voulant très abordable, dont le prix est fixé à 199 dollars. La force d'Oculus Go est de n'avoir besoin ni d'un PC, ni d'un smartphone pour fonctionner : il s'agit d'un appareil autonome, tout-en-un. Si ses performances sont peu ou prou similaires à celles du Gear VR, il a l'avantage de ne pas coûter beaucoup plus cher et de ne pas nécessiter d'avoir un smartphone Samsung dernier cri.

 

Surtout, il dispose d'une bien meilleure ergonomie (grandement inspirée par le Rift), le design du GearVR n'ayant que très peu évolué depuis la sortie du premier modèle début 2015. Hugo Barra, le nouveau VP of VR de Facebook, l'a décrit comme "super léger et équipé de sangles élastriques très confortables". La mousse qui est en contact avec le visage est aussi faite d'un nouveau matériau qui "respire" plus afin de diminuer les problèmes de chaleur et de sueur.

 

 

La qualité visuelle n'est pas en reste. Oculus annonce avoir développé de nouvelles lentilles qui réduisent grandement les artefacts lumineux tout en conservant un champ de vision de 110°. La résolution est de 2560 x 1440 pixels (WQHD), assurée par un écran LCD optimisé pour la réalité virtuelle. Enfin, pour faciliter l'utilisation, Oculus Go inclut du son spatialisé, a priori à l'aide de haut parleurs intégrés et dirigés vers les oreilles (ce que fait aussi HoloLens).

 

Compatible avec les applications Gear VR

Oculus Go est accompagné d'un contrôleur globalement semblable à celui du Gear VR mais avec une ergonomie revue. Les boutons du volume ont notamment disparu (ils sont situés sur le haut du casque), mais le contrôleur est aussi plus épais et tient mieux en main. A noter que, comme le Gear VR (et contrairement à l'Oculus Rift), ni Oculus Go ni son contrôleur ne disposent d'un suivi des mouvements dans l'espace. Seuls les déplacements sur trois axes sont gérés à l'aide de capteurs inertiels. Oculus développe en parallèle un autre produit, dont le nom de code est Santa Cruz, qui permet ce type de déplacements.

 

 

La sortie commerciale d'Oculus Go est annoncée pour début 2018. Les premiers kits de développement arriveront dans les mains des développeurs en novembre. S'il est très probable que le casque s'appuie sur une puce Qualcomm pour fonctionner, on ne sait pas encore laquelle. Son autonomie n'a pas non plus été communiquée. Hugo Barra a mis en avant le fait que les applications développées pour le Gear VR sont intégralement compatibles avec Oculus Go et vice versa. Pour autant, seuls "les meilleurs jeux et applications du Gear VR" seront disponibles à la sortie d'Oculus Go. D'après le site web d'Oculus, cela veut dire 1000 applications sur les 2000 que compte l'écosystème. Il n'est pas non plus clair si les jeux déjà achetés pour le Gear VR seront automatiquement disponibles sur Go ou s'ils faudra les acheter à nouveau.

 

Le partenariat avec Samsung se poursuit... mais reste incertain

On notera que l'annonce d'Oculus Go est une manière pour Oculus d'assurer la pérennité de son offre mobile sans Samsung. Hugo Barra a affirmé très clairement lors de la keynote que leur partenariat restait fort et allait continuer, mais il est indubitable qu'il y a une certaine inertie du côté du Gear VR, et la création par Samsung d'un casque VR haut de gamme pour l'écosystème Microsoft prouve aussi que le constructeur coréen ne compte pas se limiter à une seule plate-forme. C'est d'autant plus vrai que ses smartphones haut  de gamme sont désormais aussi compatibles avec Google Daydream, le grand rival d'Oculus sur la partie mobile. L'évolution de ce partenariat (avec un regain de vigueur ou une lente déperdition) reste donc pour le moment en suspens.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale