Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Avec OVHcloud, Whaller lance une plateforme de communication souveraine pour l'Administration

Depuis la présentation par le gouvernement de la stratégie pour un cloud souverain, les annonces se multiplient. Whaller vient d'annoncer le lancement d'une offre dédiée aux administrations publiques basées sur le cloud privé d'OVHcloud qualifié SecNumCloud  Le spécialiste français des plateformes sociales et collaboratives souhaite ainsi se positionner comme la solution de confiance pour communiquer en toute sécurité. .   
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Avec OVHcloud, Whaller lance une plateforme de communication souveraine pour l'Administration
Avec OVHcloud, Whaller lance une plateforme de communication souveraine pour l'Administration © Thomas Lefebvre/Unsplash

Whaller, le spécialiste des réseaux sociaux professionnels, a lancé le 12 octobre 2021 une nouvelle offre dédiée aux administrations publiques.

Le cloud privé d'OVHcloud
Elle repose sur Hosted Private Cloud, le cloud privé d'OVHcloud certifié SecNumCloud. Ce label, décerné par l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (Anssi), garantit aux organisations publiques, parapubliques et aux entreprises stratégiques, comme les Opérateurs d’Importance Vitale (OIV), qu’elles s’appuient sur un environnement cloud respectueux des données personnelles et présentant le plus haut niveau de sécurité.

Dans les détails, l'offre de Whaller inclut une suite bureautique (Whaller 365) intégrant une plateforme pour visualiser, créer, importer et coéditer des fichiers sans avoir besoin d'installer un logiciel externe. Elle offre également un espace de discussions et une solution de visioconférence, baptisée BigBlueButton.

Une solution non soumise au CLOUD Act
Hébergées par OVHcloud, les données circulant par ces solutions sont imperméables à la législation américaine, souligne l'entreprise francilienne dans son communiqué. C'est le CLOUD Act qui est au cœur des préoccupations puisque ce texte permet aux autorités américaines d'ordonner la divulgation des données stockées par des sociétés américaines quelle que soit leur localisation.

Avec cette nouvelle offre, Whaller souhaite ainsi se positionner un acteur de confiance pour les administrations publiques en réponse à la doctrine gouvernementale. Le gouvernement souhaite que les administrations publiques adoptent le cloud mais pas n'importe lequel. Les données sensibles qu'elles traitent quotidiennement doivent rester sur le territoire français en dehors de toute ingérence étrangère, en particulier américaine.  

Le gouvernement cherche des alternatives 
Conséquence de cette nouvelle doctrine, l'offre cloud Microsoft 365 ne peut plus être utilisée par les ministères, tranchait Nadi Bou Hanna, le directeur interministériel du numérique (Dnium), dans une circulaire publiée le 15 septembre dernier. Le ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche cherche également des alternatives à Google, dont la suite bureautique est massivement utilisée dans les universités et les écoles. 

En réalité, les grandes entreprises n'ont pas complètement été mises hors-jeu par le gouvernement. Elles pourront bénéficier du label "cloud de confiance" à condition qu'elles commercialisent leurs offres par le biais de fournisseurs français. Microsoft a choisi Orange et Google s'est rapproché de Thales

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.