Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Avec sa carte électronique open source, le français Robotseed part à la conquête des industriels

La start-up française Robotseed propose une carte électronique en open source qui permet de contrôler à distance des machines comme des imprimantes 3D, des fraiseurs numériques ou des découpeuses laser. Pour cette entreprise bretonne, la recherche de rentabilité passe par la conquête des industriels !

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Avec sa carte électronique open source, le français Robotseed part à la conquête des industriels
Avec sa carte électronique open source, le français Robotseed part à la conquête des industriels © Robotseed

Contrôler des imprimantes 3D, des fraiseurs numériques ou des découpeuses laser depuis une tablette ou une plate-forme est désormais possible pour quelques centaines d’euros. Un tel tarif a été rendu possible grâce au développement en open source de Smoothieboard, sa carte de contrôle qui permet le pilotage des machines.

Une conception collective

Robotseed a en effet conçu son produit grâce à des "makers" à travers le monde qui amélioraient à la fois le hardware et le software. Jusqu’à aujourd’hui, plus de 2 000 contributions ont ainsi permis de perfectionner la carte électronique. Une fois la carte développée, les fondateurs ont décidé de la conserver en open source et de la vendre à ceux qui souhaiteraient se la procurer sans avoir à la monter par eux-mêmes.

Outre le respect de la philosophie de l'open source centrée sur le partage, ce choix permet aussi à Robotspeed de continuer à pouvoir s'appuyer sur la communauté pour poursuivre le développement de sa Smoothieboard. "A ce stade de notre développement, l’open source a permis de créer mais aussi de diffuser notre produit", témoigne Stéphane Philippe, co-fondateur de la start-up bretonne. Même si l’entreprise n'en est qu'à ses débuts, la levée de fonds de plus de 100 000 dollars sur Kickstarter est prometteuse.

Ainsi, le fait de conserver la partie hardware en open source permet de bénéficier de l’amélioration continue portée par la communauté. "Grâce à ce travail collectif, même si l’Asie copie notre produit, nous aurons toujours un temps d’avance", poursuit-il. Des cartes sont déjà vendues à travers le monde, en particilier à des PMI, comme ATC 3d, qui propose des imprimantes 3D françaises, ou OpenTrons, une start-up spécialisée dans les biotechnologies.

Un business model tourné vers les industriels

En outre, dans une optique de diversification, la start-up propose désormais aux industriels des cartes qui sont spécialement adaptées à leurs besoins et à leur activité, ainsi que des formations pour les utiliser. "Nous sommes en négociation pour plusieurs contrats dont l’un d’eux pour l’impression de maisons en béton avec un grand industriel français", explique Arthur Wolf, l’autre co-fondateur de Robotseed.

L’entreprise Robotplanet utilise une imprimante de plus petite taille, la "3D Rep Rap" – dont les plans sont également disponibles en open source –, et la Smoothieboard pour pouvoir la contrôler. L’entreprise, spécialisée dans les robots magnétiques permettant de détecter la corrosion sur des coques de bateaux ou à l’intérieur de cuves utilisées par des parapétroliers, recourt à ces outils open source dans ses activités de recherche et développement.

"Alors qu’il nous faut trois semaines pour recevoir des pièces mécaniques, il ne nous faut que quelques heures pour les imprimer", explique Jean-Marie Brussieux, chef d’entreprise de Robotplanet. L’entreprise évite alors l’usinage ce qui a pour conséquence une baisse importante du coût de notre prototypage. Cela nous offre une flexibilité qui est favorable à l’innovation", ajoute-t-il. Des arguments en faveur de la Smoothieboard qui pourraient séduire d’autres industriels français, cherchant à se réapproprier l’étape de prototypage.

Morgane Remy

Cinquième et dernier épisode de notre série à retrouver dès demain : "Une prothèse de main qui cherche un coup de pouce, le pari open source d'InMoov"

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale