Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Avec sa K-Box connectée, la start-up tarbaise Keematic solutionne la gestion des clefs

Deux ans et demi après sa création à Tarbes, la startup Keematic entre en phase active de commercialisation de sa K-Box, une boîte à clés connectée et de ses premières applications métiers dédiées aux professionnels de l'automobile et aux gestionnaires de flottes partagées.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Avec sa K-Box connectée, la start-up tarbaise Keematic solutionne la gestion des clefs
Stéphane Cueic, cofondateur de Keematic, devant ses armoires connectées de gestion de clés. © Keematic

Mais où est donc passée cette clé ! "Chez les concessionnaires automobiles, garagistes ou autres entreprises de services qui gèrent d'importants parcs de véhicules, à part la planche à clous et les étiquettes, il n'existe pas vraiment de solution pour gérer les clés des véhicules !"

C'est sur la base de ce constat et de sa propre expérience professionnelle dans la préparation de véhicules, que Stéphane Cueic et son associé, Angelo Delefortrie, se sont lancés en 2018 dans l'aventure de la création d'entreprise avec un projet en tête : développer une armoire à clés intelligente et connectée. Deux ans et demi plus tard, la start-up Keematic entre en phase active de commercialisation de sa K-Box, une boîte à clés connectée et des premières applications métiers.

Une solution modulable et des applications métiers
Concrètement, la K-Box se présente comme un boîtier standard breveté, conçu avec 8 emplacements, chaînable à volonté, en fonction des besoins du client. Les boîtiers sont insérés dans des racks, pour constituer des armoires à clés sur mesure (sur la base d'un multiple de 8), en version ouvertes ou fermées. Chaque clé est munie d'un porte-clé équipé d'une puce NFC et chaque porte-clé est associé à un véhicule.

Une fois insérée dans la K-Box, connectée à internet, celle-ci reconnaît automatiquement la clé. Le déblocage de la clé se fait grâce à un code, via les applications sur web, mobile et tablette, qui permet d’identifier les utilisateurs et de suivre les mouvements de véhicules. Keematic propose déjà plusieurs applications métiers, dont Keematic Vehicules, destinée aux professionnels de la vente automobile et à leurs prestataires, Keematic Carpool, une solution d'autopartage et de gestion de flottes, ou encore Keematic Tracking, pour du suivi GPS des mouvements des véhicules.

Un produit made in Tarbes
Installée à la pépinière d'entreprises du BIC Crescendo (Business Innovation Center) à Tarbes, Keematic a choisi de porter en interne la production d'une première série d'environ 200 K-Box, en s'appuyant sur les moyens du FabMe, le FabLab mutualisé créé au sien de la même structure d'accompagnement.

Plusieurs sites pilotes ont déjà permis de tester produits et solutions auprès d'une vingtaine de concessions automobiles, mais aussi d'un centre de tri postal et d'autres gestionnaires de parcs de véhicules. "La plus grosse installation mobilise une quarantaine de boîtiers pour la gestion de plus de 300 clés", souligne Stéphane Cueic. L'ambition est maintenant de changer de braquet avec une commercialisation à grande échelle. D'abord partout en France, dès 2021, puis à l'export, à partir de 2022.

Des projets dans l'immobilier et les loisirs
Dans la foulée, Keematic planche déjà sur de nouvelles applications en direction de secteurs qui brassent également de nombreux jeux de clés. "Nous préparons notamment des solutions dédiées aux agences immobilières, mais aussi aux structures qui gèrent des parcs de bureaux ou de garages. Nous sommes par ailleurs sollicités par des professionnels du tourisme, pour gérer les clés de résidences de loisirs, d'aérodromes, de ports de plaisance... Partout où il y a des clés et où l'on a besoin de savoir où elles sont et qui y a accès", précise Stéphane Cueic.

La startup, qui emploie actuellement 4 salariés, prévoit de renforcer ses équipes pour porter ses effectifs à une douzaine d'emplois d'ici 3 ans, avec pour objectif de passer le cap d'un million d'euros de chiffre d'affaires annuel à l'horizon de 2024.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media