Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Avec sa solution de cubes robotisés, AutoStore veut conquérir l'e-commerce alimentaire

L’entreprise AutoStore, qui développe une solution de cubes robotiques pour la logistique, veut conquérir les e-commerçants. Déjà présent dans de nombreux secteurs, le fabricant norvégien vise désormais l'alimentaire... quelle que soit la problématique de stockage.  
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Avec sa solution de cubes robotisés, AutoStore veut conquérir l'e-commerce alimentaire
Avec sa solution de cubes robotisés, AutoStore veut conquérir l'e-commerce alimentaire © AutoStore

Créée en 1996, la société AutoStore a mis au point un système de traitement des commandes e-commerce modulaire et automatisé. Sa solution de cubes robotiques, destinée aux entrepôts, vise à augmenter les capacités de stockage quelle que soit la configuration de l'espace, mais surtout à accélérer et améliorer le traitement des commandes. 

 

L’entreprise norvégienne, qui fait figure de pionnière dans le secteur, travaille aussi bien avec des acteurs de l’industrie (pharmacie, automobile) que du retail (vêtements, accessoires, chaussures). "Notre solution permet d’offrir une flexibilité et une évolutivité nécessaires pour rationaliser les préparations de commandes, explique Isabel Rocher, Business Development et Managing Director France chez AutoStore. Ce sont des éléments absolument indispensables pour pouvoir traiter un nombre de plus en plus élevé de références (SKU) au niveau e-commerce notamment, sans oublier les pics de saisonnalité dans le secteur retail".

 

15 000 unités SKU dans 600 m2

Le dispositif est constitué d’une structure tridimensionnelle en aluminium avec des bacs autoportants transportés vers les stations de prélèvement par des robots indépendants. Chaque robot est doté de deux ensembles de roues pour se déplacer selon des axes perpendiculaires. "Cela offre la possibilité à chaque robot d’atteindre indépendamment n’importe quelle position ou n’importe quel bac dans la grille, éliminant ainsi virtuellement toute défaillance système en un point unique, avec une disponibilité proche de 100%", avance Isabel Rocher.

 

Le système est piloté par un contrôleur AutoStore qui gère l’optimisation du flux des bacs et des robots. Le système de gestion d'entrepôt (Warehouse Management System) du client pilote la préparation des commandes et transmet la liste des tâches à effectuer au contrôleur AS qui va se charger de délivrer directement les bacs aux postes opérateurs. Objectif : générer un traitement rapide et précis des commandes. "Le concept du Stockage Cubique Automatisé est la solution de stockage de la plus dense au monde", avance Isabel Rocher. Ainsi, 15 000 unités de gestion des stocks (SKU) peuvent être stockées dans une surface de 600 m2. Une capacité qui permet à la société de revendiquer des disponibilités de stocks "de l’ordre de 99,8%".

 

 

Pas d’algorithme sophistiqué

Contrairement à d'autres technologies, la solution ne repose pas sur un algorithme sophistiqué pour gérer les références produits. "Il s’agit au contraire d’une gestion naturelle des emplacements SKU, poursuit Isabel Rocher. Par exemple, un produit A sera toujours placé en haut de la grille s'il s’agit d’une référence à forte demande versus un produit C qui va descendre mécaniquement dans le fond du cube car il est peu commandé".

 

Du fait de sa compacité et de sa modularité – le système peut facilement s’adapter à différentes hauteurs de plafond ou à des obstacles – l'AutoStore peut être pertinent dans de nombreuses typologies de lieux et de configurations. "L’outil est aussi pertinent dans la réserve d’un magasin que dans un centre de distribution classique, voire en stock tampon ou pour satisfaire les besoins de réalimentation des chaînes de production", résume Isabel Rocher.

 

La bataille de l'alimentaire en ligne

AutoStore compte plus de 400 installations dans le monde, réparties dans une trentaine de pays, et revendique en moyenne une dizaine de nouvelles installations par mois. En France, l'entreprise s’appuie sur un réseau de quatre partenaires : Alstef, Dematic, Element Logic et Swisslog. Elle s’intéresse désormais au secteur alimentaire, secoué par une augmentation des ventes en ligne et des exigences des consommateurs. "La livraison le jour même et le retrait immédiat dans un point relais local ne sont plus considérés comme des avantages pour les e-consommateurs, cela fait partie aujourd’hui de leurs attentes", constate la société.

 

Un défi pour les e-commerçants, qui doivent, pour répondre à ces exigences, mettre en œuvre une exécution sans faille des commandes de produits d’épicerie. Mais lorsque les produits sont issus de plusieurs centres régionaux de distribution, "cela ne permet pas de satisfaire les besoins personnalisés des consommateurs actuels, ni de maintenir une bonne rentabilité", poursuit Isabel Rocher. AutoStore vise donc les entreprises du retail à la recherche d’une solution de stockage en zone urbaine pour le dernier kilomètre… mais également en centre de distribution capable d’intégrer plusieurs milliers de bacs et des centaines de robots. Retailers, industriels mais aussi distributeurs BtoB et acteurs de la livraison de repas à domicile pourraient être intéressés à l'heure où l'e-commerce alimentaire est au coeur d'une âpre lutte entre les professionnels du secteur.

 

Pour autant, la société norvégienne ne se battra pas sur tous les fronts. Si aux Etats-Unis elle travaille pour un client – le nom reste confidentiel  dont le besoin est de stocker des aliments secs dans le froid, AutoStore ne souhaite pas s’engager dans le stockage d’aliments frais. "Notre équipement peut être utilisé dans des entrepôts en température varié – du froid de +2° à 35°C  mais nos bacs ne sont pas percés, et n'ont pas vocation à stocker des aliments frais périssables", indique Isabel Rocher. Pour son client américain, les légumes et fruits sont ainsi traités en process à part, "ce qui représente seulement 10% de son flux contre le reste du process qui est absorbé par l’AutoStore", indique la société. Le frais est un autre enjeu... qui mobilise déjà bien assez d'acteurs. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media