Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Avec sa voiture sans volant, Google fait le pari radical du véhicule 100% autonome

Google a dévoilé cette semaine un prototype de véhicule autonome particulièrement futuriste. Ce modèle ne dispose en effet d'aucun élément permettant à ses occupants d'en prendre le contrôle, ni volant, ni pédales de frein ou d'accélération. Une manière pour le géant américain d'affirmer son avance technologique dans ce domaine et d'anticiper l'évolution réglementaire alors que la généralisation de ces véhicules n'est pas attendue avant 2025.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Avec sa voiture sans volant, Google fait le pari radical du véhicule 100% autonome
Avec sa voiture sans volant, Google fait le pari radical du véhicule 100% autonome © Google

Une voiture deux places au look de Smart Fortwoo électrique mais sans volant ni pédales : c'est en quelques mots ce à quoi ressemble le prototype présenté par Google cette semaine. Le géant américain, qui développe depuis 2010 sa propre technologie de véhicule autonome, l'avait pour le moment testée sur des modèles classiques, des Toyota Prius ou des Lexus.

 

Volant et pédales jugés inutiles dans une voiture 100% autonome

 

Mais en sortant du placard ce modèle, volontairement dépouillé avec un bouton permettant de démarrer le véhicule et un autre pour l'arrêter, Google veut montrer son avance technologique dans le véhicule 100% autonome. Inutile de mettre un volant et des pédales dans une voiture capable de transporter ses passagers en toute sécurité d'un point A à un point B, explique ainsi le directeur de ce projet, Chris Urmson, dans un billet posté sur le blog officiel du groupe. Un simple écran permettant d'accéder à Internet, et bien évidemment à Google Maps pour définir son trajet, fera très bien l'affaire.

En termes de sécurité de conduite, une récente vidéo montrait en effet que les "Google cars" maîtrisaient parfaitement la conduite urbaine, en affichant notamment à l'écran les images perçues par les nombreux capteurs qui équipent ces véhicules. Diffusé quelques semaines avant la présentation du prototype sans volant, ce spot visait ainsi à rassurer le grand public, encore réticent à l'idée de monter dans un véhicule qu'il ne sera pas en mesure de contrôler.

 

Retrouvez notre dossier : "Autonome et connecté, le véhicule de demain prend forme"

En dévoilant son propre véhicule autonome, Google démontre aussi qu'il sera capable de le développer lui-même, alors que la question d'une éventuelle coopération avec un ou plusieurs constructeurs automobiles ferait débat au sein des équipes de la firme de Mountain View. De Daimler à Nissan en passant par Volvo, Ford et Toyota, la plupart des grandes marques automobiles ont déjà présenté des protoypes de telles voitures.

 

Les grands acteurs du secteur se sont ainsi lancés dans une course à qui proposera le premier une option "pilotage automatique", Toyota étant pour l'instant en pole position avec une date de commercialisation prévue pour 2015. A noter que certains modèles de Mercedes sont déjà capables de se déplacer à faible vitesse, dans des bouchons par exemple.

 

Une vision radicale du pilotage automatique

 

Mais avec un modèle sans volant, Google fait un pari radical dans la conduite autonome, qui s'affirme comme la caratéristique principale de son véhicule et non pas une simple option. Si la vitesse reste pour le moment limitée à 40 km/h, Google va encore chercher à améliorer son concept au cours des prochaines années. Dès cet été, des prototypes équipés de contrôles manuels seront testés en conditions réelles. Une manière de contourner la réglementation qui interdit pour le moment à des véhicules sans volant ou sans conducteur assis à l'intérieur de circuler sur les routes. Car si les premiers véhicules autonomes devraient commencer à apparaître d'ici la fin de la décennie, leur mise en circulation posera nécessairement de nombreux problèmes juridiques, pour la responsabilité en cas d'accident notamment.

 

Interrogé en octobre 2013, Han Hendriks, vice-président de Johnson Controls, société spécialisée dans l'électronique embarquée, a pronostiqué le début de la disparition du volant à partir de 2025. Avec son prototype, Google aurait donc un coup d'avance et confirme une nouvelle fois sa volonté de s'imposer sur le marché du véhicule autonome, sur lequel il fait d'ores et déjà figure de pionnier.

 

Julien Bonnet

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

Jonas75010
06/06/2014 11h50 - Jonas75010

C'est le début de la fin pour les constructeurs automobiles. Ils deviendront de simples fournisseurs pour les géants de l'internet, Google a pris trop d'avance.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale