Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Avec son alarme et sa caméra connectées, Myfox vise le grand public, pas les geeks

Avec sa nouvelle gamme d'objets connectés de sécurité présentée au CES (et commercialisée à partir de juin), le Toulousain Myfox ajuste sa stratégie pour tenter de séduire un plus large public.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Avec son alarme et sa caméra connectées, Myfox vise le grand public, pas les geeks
Avec son alarme et sa caméra connectées, Myfox vise le grand public, pas les geeks © Myfox

Les objets connectés ? En soi, l'expression ne veut pas dire grand-chose, juge Jean-Marc Prunet, le PDG de Myfox. Parlait-on d'objets électrifiés au début de l'électricité ? "Tant qu'on qualifiera des produits de cette manière, on ne s'adressera pas à un marché de masse", ajoute le dirigeant dont l'entreprise toulousaine conçoit des équipements de sécurité pour la maison depuis bientôt dix ans.

La simplicité plutôt que la modularité

Avec sa nouvelle gamme d'objets sur laquelle ses 25 ingénieurs travaillent depuis 2013, présentée en début d'année au CES de Las Vegas, le Français a retravaillé son message et son positionnement marketing. Son produit précédent était une offre domotique multi-fonctions permettant de nombreux paramétrages, et beaucoup de personnalisation. Mais ce n'est pas l'attente du marché dans son état de maturité actuel. "Tout piloter au doigt et à l'œil dans sa maison, c'est une préoccupation de geeks et de bricoleurs", constate-t-il.

Un canal IFTTT et bientôt, une compatibilité Homekit ?

Si Myfox ne vise pas les geeks qui possèdent plusieurs accessoires connectés et veulent créer des scénarii d'utilisation, la possibilité n'est pas fermée pour autant. La marque va sortir une API (interface de programmation) publique qui permettra aux développeurs de concevoir des cas d'usages et interactions à partir de ses objets. Un canal IFTTT devrait également être ouvert au lancement, et le système Myfox devrait être capable d'interagir avec les produits Nest (propriété de Google). Quant à Apple Homekit, qui se fait attendre depuis de longs mois, Myfox ne communique pas sur le sujet... mais le Français discute avec la marque à la pomme depuis des mois. On devrait en savoir plus lors du lancement commercial de HomeKit dans les prochaines semaines.

"Présenter un produit comme pouvant faire plein de choses, en plus de sa fonction de base, c'est contre-productif d'un point de vue  marketing. Ce qu'on attend d'une alarme, c'est qu'elle protège les habitants de la maison au quotidien, et pas forcément autre chose", selon lui.

Le "web programmable" et les cascades d'événements permettant de paramétrer plusieurs objets en fonction de scénarios pré-établis ? Cela ne va intéresser qu'une minorité d'utilisateurs, considère le président de Myfox.

innovation plus ciblée

En attendant des algorithmes qui comprennent plus finement (et anticipent) les attentes et habitudes des utilisateurs d'objets, et éviter l'effet "déceptif" de la programmation humaine, mieux vaut faire simple. Sur ses deux derniers produits, Myfox a donc tenté d'effacer l'aspect technologique pour mettre en avant la simplicité (grâce au design). L'entreprise se concentre sur des innovations clés liées à son cœur de métier : la sécurité.

Par exemple, l'objectif de sa Security camera se ferme de façon automatique lorsque les membres de la famille sont présents. "On s'était rendu compte que sur nos précédents produits, 30% des gens débranchaient la caméra lorsqu'ils étaient à la maison… mais oubliaient souvent de la rallumer avant de partir !", confie le PDG de la société. Avec ce mode privé, Myfox règle ce problème et se pose en protecteur de la maison... et de la vie privée.

Une fonctionnalité qui n'intéresse d'ailleurs pas seulement les Européens, mais aussi les Américains. L'innovation permettra à Myfox de se démarquer sur un marché beaucoup plus mûr et hyper-concurrentiel que sur le vieux continent. Sa caméra, ainsi que sa Home alarrm, y seront vendus dès le mois de juillet, et un mois plus tôt dans neuf pays européens dont la France.

Sylvain Arnulf

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale