Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Avec son Data Lab, SNCF Réseau façonne ses données pour simplifier leur utilisation

Étude de cas Après la mise en place d'un Data+Lab, SNCF Réseau veut structurer ses services avec un catalogue d'APIs. Epaulé par Ecosys dans sa démarche, elle mène aussi une réflexion sur la monétisation éventuelle de services nés de ce Data+Lab.
mis à jour le 13 novembre 2020 à 09H25
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Avec son Data Lab, SNCF Réseau façonne ses données pour simplifier leur utilisation
A l'occasion d'un Datathon organisé pour sensibiliser les équipes à l'utilisation du Data Lab. © Léna Corot

Depuis quelques années, SNCF Réseau s'est engagé dans une démarche de valorisation de ses données en créant un Data+Lab. L'idée première du Data+Lab est de "mettre à disposition de l'ensemble des collaborateurs de SNCF Réseau les données d'entreprise par l'intermédiaire d'un système de self-service", explique Stéphane de Paris, chief data officer SNCF Réseau et commanditaire du Data+Lab, à L'Usine Digitale.

SNCF Réseau a commencé à travailler sur la gouvernance des données en juin 2017. Après une première version d'un Data+Lab, l'entreprise, épaulée par Ecosys dans cette démarche, a travaillé sur une nouvelle version qui est devenue la vitrine des travaux de mise en œuvre de la donnée au sein de l'entreprise.

Des données structurées et classifiées
"L'interface a été entièrement développée par les équipes des systèmes d'information de SNCF Réseau sur la base de briques technologiques du commerce", assure Stéphane de Paris. Le Data+Lab prend la forme d'une page web sur laquelle des informations d'actualités sont visibles. Celles-ci ont été pensées dans un but éditorial et d'information pour les collaborateurs. Surtout, une barre de recherche traverse cette première page. Les collaborateurs peuvent ainsi taper les informations souhaitées ou bien faire une recherche par thématique.
 


A chaque de jeu de donnée, un niveau d'ouverture est attribué. Ces accès vont de C1 à C4 : données publiques, données diffusables après avis du Data Office, données confidentielles qui nécessitent des mesures de protection adéquates, données secrètes qui ne peuvent pas être communiquées. D'autres informations relatives à relatives à chaque jeu de données sont visibles : date de la dernière mise, visualisations possibles (par exemple, si une localisation par point géométrique ou zone géographique est accessible), formats disponibles pour l'export des données, etc.

"La donnée n'est pas présentée sous forme d'un lac de donnée", précise Stéphane de Paris. Lors de leur ajout, les données sont structurées et classifiées, et une réflexion est menée sur les attributs qui leurs sont rattachés. Un niveau de confidentialité est aussi attribué. Le catalogue est régulièrement enrichi puisque Stéphane de Paris assure recevoir en moyenne entre 7 et 10 demandes de données par semaine. "Généralement une demande génère un ou plusieurs jeux de données", ajoute-t-il.

Vers un catalogue des API
Mais SNCF Réseau veut aller plus loin et s'est récemment lancé dans la mise en place d'un catalogue d'APIs pour venir enrichir ce Data+Lab. Le but est de rendre accessible la totalité des APIs de l'entreprise, soit plusieurs centaines. SNCF Réseau veut "mettre à disposition des API permettant d'aller chercher de l'information, et non pas directement les jeux de données", résume Stéphane de Paris. Par exemple pour la liste des ponts-route, l'idée serait de mettre en place une API qui permette de chercher les informations comme les actifs de signalisation du domaine du Réseau Ferré National, soit plusieurs milliers d'occurrences.
 


"Ce projet est essentiellement tourné vers les start-up avec lesquelles nous travaillons et les collaborateurs ayant besoin d'accéder à la donnée", ajoute-t-il. L'idée derrière est que les collaborateurs qui le souhaitent puissent réaliser plus facilement un projet ou un POC et que l'industrialisation soit favorisée puisque ces API sont accessibles.

Dernièrement, les équipes "commencent à réfléchir sur comment valoriser ce produit d'un point de vue économique", affirme Héloise Gilles, directrice de projet chez Ecosys. SNCF Réseau est contraint de partager gratuitement certaines données avec les autorités organisatrices des transports. Toutefois, il est possible d'imaginer "la construction de services à plus grandes valeur ajoutée", ajoute Héloise Gilles. Services qui pourraient alors être monétisés. Mais la réflexion n'est encore qu'à son début.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media