Avec son laboratoire Google Y, Larry Page veut (re)prendre la main sur la stratégie

Selon la presse américaine, Larry Page, un des deux fondateurs de Google, veut un Google 2.0 avec une stratégie plus ciblée. Et pour cela, il crée Google Y, laboratoire de recherche futuriste qui veut réinventer les aéroports, les villes… le monde ? Une entité qui pourrait bien concurrencer le laboratoire Google X de son acolyte Sergei Brin.

Partager
Avec son laboratoire Google Y, Larry Page veut (re)prendre la main sur la stratégie
Larry Page veut-il créer une branche dissidente au sein de Google ? En tout cas, il vient de lancer son propre labo pour plancher sur la stratégie du groupe.

Qu’il s’agisse de créer un réseau télécoms avec des ballons atmosphériques ou d’éradiquer la mort, Google est rarement à court d’idées pour transformer le monde. Cette boulimie technologique ne semble pas encore avoir atteint son asymptote... comme le prouve le projet Google 2.0 que vient de lancer Larry Page, l'un des deux fondateurs de Google. Selon plusieurs publications américaines, l'acolyte de Sergei Brin aurait lancé une réflexion, épaulé par ses plus proches collaborateurs et une centaine d’employés, pour revoir la stratégie de l’entreprise, en parallèle de celle développée actuellement.

Un nouveau labo Google Y encore plus futuriste

Au cœur de ce projet se trouverait son laboratoire secret batpisé "Google Y". Un hommage au labo Google X, fondé il y a plusieurs années par Sergei Brin. La mission de ce dernier est de faire éclore des idées connexes au cœur de métier de Google (le moteur de recherche à l'époque) et qui demandent un travail de recherche de long terme. Les Google Glass, le véhicule autonome, le réseau de ballons atmosphériques font tous partis du tableau de chasse de Google X. La version Y, elle, planchera sur des idées encore plus futuristes comme la conception d’un aéroport plus efficace ou d'un nouveau modèle de ville… Les articles évoquent aussi des sujets beaucoup plus immédiats comme la sécurité biométrique et la géolocalisation au centimètre près.

Retrouver le contrôle

Mais selon le site The information, qui évoque des sources proches de Larry Page, ce dernier aurait "l’impression de ne plus avoir assez de contrôle sur la direction prise par les produits Google. Il aurait dit constater que l’activité augmentait super vite mais qu’il n’arrivait plus à y imprimer son sceau. Pour lui, la taille des équipes principales serait devenue trop importante et il réclamerait plus de focalisation et une allocation plus réfléchie des ressources."

Une critique en creux du travail fait par Sergei Brin ? Peut être. Larry Page se montrerait en tout cas insatisfait de la stratégie de l’entreprise, et serait en train de la reprendre en main. Qui plus est, il crée un nouveau laboratoire de recherche qui pourrait être vu comme complémentaire ou... concurrent du Google X de l'autre cofondateur. Les sujets abordés par Y pourraient l'être par le X, comme la ville du futur par exemple.

Google 2.0 et son labo Google Y préfigurent vraiment une nouvelle ère chez le géant ou sont-ils le reflet d’une guerre des chefs souterraines ? Le feuilleton ne fait que commencer. A suivre.

Emmanuelle Delsol

SUR LE MÊME SUJET

PARCOURIR LE DOSSIER

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS