Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Avec Thales, le ticket de métro laisse la place au big data

La branche transport de Thales va lancer ce 9 juin, au salon des transports publics, à Milan, une ligne de solutions de billettique "cloud-ready".
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Avec Thales, le ticket de métro laisse la place au big data
Avec Thales, le ticket de métro laisse la place au big data © Photopointcom ©THALES

D’un côté un ticket de métro contrôlé par une simple borne isolée du monde. De l’autre, un passager qui a en poche un smartphone connecté au web et à ses ressources infinies. L’écart devient béant. Thales veut le combler. La branche transport du français lance ce 9 juin à Milan lors du salon UITP dédié au transport public, "la première ligne de solutions billettiques entièrement basée sur des technologies web", se félicite Etienne Chevreau, responsable produits des activités billettiques de Thales.

 

"D’une part, le digital prend toute sa place au niveau des équipements et de l’expérience du passager, qui peut utiliser ses smartphones et tablettes, d’autre part le back-office devient via le numérique entièrement centré sur les comptes utilisateurs, détaille le responsable. Nous pouvons ainsi profiter de toutes les technologies web 2.0 d'Amazon, Google, etc."

 

De l’achat du titre de transport au contrôle en passant par la validation, la solution de Thales vise à profiter de la connectivité généralisée et de la puissance du cloud pour à la fois fluidifier le voyage du client et permettre aux opérateurs de gérer leur service. Un smartphone équipé de la technologie NFC (Near Field Communication) permet ainsi de recharger sa carte de transport en tout lieu. Acheter un crédit ou un abonnement sur sa tablette est aussi possible. Le titre de transport sera rechargé au passage d’une borne de validation.

 

Codes-barres et cartes bancaires

 

Côté validation, "des bornes connectées permettent de traiter des titres de transport qui emportent très peu d’intelligence comme des codes-barres", explique Etienne Chevreau. Impossible aujourd’hui quand photocopier un code-barres suffit à frauder. Mais avec un système d’information qui communique en temps réel avec les bornes, l’utilisation de ces supports bon marché devient possible. Il en va de même pour cette tendance forte de la billettique qui vise à l’acceptation de la carte bancaire par les bornes. Un sujet complexe, qui fait passer la billettique d’un système fermé au monde des transactions bancaires, que "des technologies puissantes de back-office permettent de traiter", avance le responsable.

 

Côté opérateurs de transport, le choix est offert d’héberger leurs données clients dans le cloud, dans le datacenter de Thales à Brétigny-sur-Orge (Essonne) ou dans leurs propres serveurs. Dans tous les cas, Thales propose désormais une supervision plus pointue de leur réseau et un module de Business Analytics pour exploiter la richesse des données recueillies à chaque trajet de chaque passager. Le ticket de métro laisse la place au big data.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale