Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Avec Wai, BNP Paribas veut devenir LE compagnon de route des start-up

Mise en relation avec les ETI et les grands groupes, hébergement, accompagnement à l'international, investissement direct et indirect, BNP Paribas a développé une palette de services pour faciliter la croissance des start-up. Grâce à cette offre, désormais regroupée sous le label Wai, la banque de détail entend, à l'horizon 2020, compter 4000 start-up clientes.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Avec Wai, BNP Paribas veut devenir LE compagnon de route des start-up
Avec Wai, BNP Paribas veut devenir LE compagnon de route des start-up © CC Reinhardhauke

"Désormais Wai n'est plus un lieu, mais un cri de ralliement", lance Marie-Claire Capobianco, directrice des réseaux France et membre du comité exécutif de BNP Paribas. Ce mardi 16 mai, l'établissement bancaire a annoncé le lancement du label Wai (pour We Are Innovation), destiné à estampiller toutes ses actions dédiées à l'accompagnement des start-up. L'acronyme change donc de signification, puisque, lors de sa création, il désignait des lieux dévolus à l'accueil et à l'accompagnement de start-up dans le cadre du programme Innov&connect, axé sur la mise en relation de start-up et de grandes entreprises.

 

60 pôles "innovation" et 100 banquiers dédiés aux start-up

Désormais l'étiquette Wai, regroupe les différentes briques que BNP Paribas a développées à destination des jeunes pousses : Wai banking pour l'accompagnement bancaire, Wai International pour le développement à l'étranger, Wai Boost, Wai Lead et Wai Connect (trois programmes d'accélération) et, enfin, Wai Investment fund et Wai Venture fund, deux outils dédiés à l'investissement dans les start-up. "Nous nous sommes lancés en 2012 en mode start-up et nous avons mis en place, au fur et à mesure, différentes briques. Nous avons ressenti le besoin de nous structurer et d'avoir une clarté de langage", commente Marie-Claire Capobianco.

 

Outre la structuration de ses initiatives dédiées aux start-up, la banque de détail accélère dans sa démarche d'open innovation. BNP Paribas qui compte actuellement, sur le territoire français, 16 pôles innovations (entités implantées dans ses centres d'affaires où l'on retrouve des banquiers dédiés aux start-up), entend renforcer son maillage avec l'ouverture, d'ici la fin de l'été, de 44 pôles supplémentaires pour compter au total 60 pôles et "100 spécialistes sur le terrain pour accompagner les entrepreneurs innovants", précise Myriam Becque, directrice du pôle Développement Innovation de la banque de détail.

 

50 millions d'euros investis Dans les start-up depuis 2013

BNP Paribas, l'entremetteur

Sous le label WAI, BNP Paribas propose trois programmes d'accélération.

  • Wai Boost est opéré par l'Atelier BNP Paribas. Il permet de mettre en contact une ETI avec une start-up dans le cadre d'une co-expérimentation d'une durée de 6 mois. Le service est gratuit pour les start-up qui sont hébergées dans les lieux d'innovation de BNP Paribas. La composition de la 3ème saison sera révélée le 13 juillet prochain.
  • Wai Lead propose, lui, une offre d'hébergement aux start-up. C'est un programme payant pour les jeunes pousses. Il s'accompagne d'une offre de "connexion" pour que la jeune entreprise rencontre un maximum de clients potentiels. Ce programme d'accélération peut se prolonger sur une période de 24 mois.
  • Wai Connect repose sur l'organisation à Paris et en régions d'ateliers de rencontres entre start-up et grands comptes autour de thématiques précises.

 

L'accent est aussi porté sur l'investissement. BNP Paribas dispose actuellement de deux moyens pour répondre aux besoins de financement des start-up tout au long de leur développement. D'abord, un outil indirect (le Wai investment fund) à travers lequel la banque alimente des fonds d'investissements régionaux généralistes et nationaux thématiques, dont Partech Entrepreneur, Kurma diag (medtech et biotech) ou encore Serena Data Venture et Paris Saclay Seed Fund. A travers ce premier outil, BNP Paribas a engagé 40 millions d'euros à travers 18 fonds, depuis 2013.

 

Le second outil est plus récent. Actif depuis mai 2016, il permet à la banque de détail d'investir en direct dans des start-up en phase d'amorçage ou à la recherche de capital-risque. Ces investissements sont réalisés via sa filiale BNP Paribas Développement, à l'origine dédiée au capital-développement pour les besoins de financement des plus grosses entreprises. En un an, BNP Paribas a investi 10 millions d'euros à travers ce second outil. "Cela représente une vingtaine d'opérations, dont 9 investissements en amorçage", précise Denis Laplane, président de BNP Paribas Développement, qui souligne qu'il s'agit systématiquement de prises de participation minoritaires. Parmi les premières jeunes pousses à avoir bénéficié de ces investissements : Sensorwake dans l'IoT, Realytics dans l'adtech ou encore EkWateur dans les énergies alternatives. Ici, le ticket moyen s'élève à 100 000 euros  pour l'amorçage et 500 000 euros pour les opérations de capital-risque.

 

Objectif 4000 start-up clientes à l'horizon 2020

A terme, la banque de détail entend investir, chaque année, entre 10 millions et 20 millions d'euros dans les start-up. Concernant la rentabilité de cette activité, les équipes bottent en touche (et sans doute à juste titre) : "Il est encore trop tôt pour tirer un bilan. Généralement, il faut attendre 10 à 12 ans pour voir la rentabilité d'un fonds d'investissement". Et Marie-Claire Capobianco de rappeler : "Notre rôle d'accompagnement est bien plus large que le seul financement et nous l'avons inscrit dans un écosystème partenarial".

 

Grâce à cette nouvelle offre, la banque entend multiplier par deux le nombre de start-up clientes, à l'horizon 2020. Aujourd'hui, avec 2000 start-up "au projet qualifié" clientes, BNP Paribas revendique être la première banque des start-up. "C'est la BPI qui le dit", lancent fièrement les équipes. Un statut qui pourrait toutefois être discuté par les autres établissements bancaires... Pour convaincre l'audience, chacun énumère différents arguments en citant, par exemple, un puissant fonds de commerce d'entreprises (sur les 220 grandes entreprises de France, 210 seraient clientes de BNP Paribas) ou encore l'importance de la surface de contact déployée à destination des start-up, "déterminante pour permettre aux jeunes pousses de faire la bonne rencontre au bon moment". La banque veut donc être perçue comme le compagnon de route incontournable des start-up, mais voit aussi plus large : "Nous souhaitons être la banque qui accompagne et conseille la transformation de toutes les entreprises", conclut Marie-Claire Capobianco.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale