Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

[Avis d'expert] Utiliser la technologie pour surveiller les employés en télétravail s’avère contre-productif

Tribune Surveiller les salariés en télétravail n'est pas seulement une erreur de management, le télétravail reposant sur la confiance. Pis, la surveillance pourrait très rapidement avoir un impact sur la productivité et devenir très vite une stratégie perdant perdant. Telle est l'analyse de Janina Steinmetz, maîtresse de conférences à la Business school
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

[Avis d'expert] Utiliser la technologie pour surveiller les employés en télétravail s’avère contre-productif
Surveiller ses salariés à distance est un bon moyen de les démotiver © Pixabay

Le travail à domicile pendant la pandémie a permis d’adopter de nouveaux modes de vie, que ce soit pour les rencontres sociales, les divertissements ou, pour beaucoup, le travail. La capacité d’une organisation à fonctionner à distance repose notamment sur la confiance qui existe entre l’employeur et l’employé pour travailler efficacement pendant les heures de « bureau », sans la présence physique d’un responsable qui contrôlerait l’avancement du travail.

Surveiller et réduire la productivité ?
Pour maintenir la productivité, certaines entreprises ont mis en place une technologie qui permet de garder un œil sur leurs employés par le biais du partage d’écran obligatoire, de la surveillance des pages web visitées et des clics par minute et même de l’activation des webcams tout au long de la journée. Cette surveillance intensive des employés n’est pas du tout bénéfique pour le moral ou la productivité de l’entreprise.

Les employeurs surveillent souvent leur personnel, car ils s’inquiètent du relâchement des employés et la surveillance semble être une stratégie facile pour éviter que cela ne se produise. Les autres stratégies visant à prévenir le relâchement demandent plus d’attention et de planification de la part de la direction, comme fixer des objectifs appropriés avec un employé et suivre les progrès réalisés par rapport à ces objectifs.

Culture de la méfiance
Bien que certains employés puissent sans aucun doute se relâcher et qu’un suivi constant puisse pallier ce problème, la surveillance réduit également la confiance entre employeurs et employés. Si une culture de méfiance émerge à cause d’une surveillance inattendue ou excessive, les employés pourraient perdre leur motivation du fait de se sentir aliénés par leur employeur.

La technologie mise à la disposition des responsables pendant la pandémie peut accroître la tentation de surveiller en permanence l’activité des employés, d’autant plus qu’ils ne peuvent pas le faire de manière plus désinvolte. Surveiller un employé en s’arrêtant à son bureau dans un environnement de travail normal peut avoir ses avantages, car il peut avoir une question ou discuter rapidement.

Cependant, l’utilisation des technologies de surveillance ne présente pratiquement aucun avantage pour l’employé et ne sert que les besoins de contrôle de l’employeur. En outre, la surveillance des employés peut avoir des conséquences psychologiques inattendues qui vont au-delà d’une perte de confiance dans la direction.

Apprentissage entravé et confiance abîmée
Les recherches montrent que non seulement les gens se comportent différemment lorsqu’ils sont surveillés (par exemple, en évitant les réseaux sociaux lorsque le patron est dans le bureau ou que le zoom est activé), mais qu’ils envisagent également différemment leur travail lorsqu’ils sont surveillés. Par exemple, des études ont révélé que les gens pensent commettre plus d’erreurs lors d’un test lorsqu’ils sont surveillés de près.

En effet, les gens considèrent automatiquement leur travail du point de vue de l’observateur lorsqu’ils sont surveillés et ajoutent ce point de vue au leur. Souvent, cela peut amplifier l’erreur et la faire paraître plus grave. Ces effets ne sont pas voulus par l’employeur, mais pourraient entraver l’apprentissage et la confiance des employés. Au lieu de surveiller les employés de cette manière, les employeurs devraient fixer des objectifs pour leurs employés et vérifier régulièrement avec eux les progrès accomplis quant à la réalisation de ces objectifs.

Janina Steinmetz, maîtresse de conférences en marketing à la Business School (anciennement Cass Business School)


Les avis d'experts sont publiés sous l'entière responsabilité de leurs auteurs et n'engagent en rien la rédaction.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media