Axa lance son offensive dans la maison connectée

[ACTUALISE] Axa lance un projet pilote baptisé "la maison connectée". L'assureur veut mieux protéger ses clients contre les risques d'intrusion et d'incendie à leur domicile : il a créé un service payant qui relie, via les API (interface de programmation), caméras et détecteurs de fumée connectés situés dans l'habitation de ses clients à leur smartphone.

Ce type de "hub" est déjà proposé gratuitement par plusieurs acteurs du secteur. La nouveauté ? Axa permet via son application à ses assurés d'obtenir en deux clics un service d'assistance en cas de besoin. 

Partager
Axa lance son offensive dans la maison connectée

Actualisation du 20 octobre : Axa confirme le lancement, sous forme de pilote, de son offre "Maison connectée", un panel de services de prévention et d’alertes (levée de doute, gardiennage, aide aux démarches administratives, réparation d'urgence) en cas d’intrusion et d’incendie, accessibles via une application mobile. Ces services peuvent être activés à la carte, pour un week-end (3,90€), une semaine (6,90€), un mois (14,90€) ou une année (69,90€). 120 agents généraux commercialisent cette offre.

Si Axa reste prudent sur les objets connectés de santé – les règlementations sévères qui encadrent ce champ en France ne lui semblent pas propices à un développement fort dans le monde de l'assurance – il mise en revanche sur la domotique. Le groupe développe un service qui relie les caméras de surveillance et les détecteurs de fumée intelligents installés dans le logement de ses assurés à leur smartphone. La version pilote de ce "hub" sera lancée début octobre 2015 avec 100 agents généraux, auprès de 2000 clients.

L'assuré, qui payera moins de 100 euros par an pour bénéficier de ce service, peut commander à distance ses objets connectés pour les mettre en route ou les éteindre, depuis l'application mobile Mon Axa. Si une intrusion ou des particules suspectes ont été détectées, il reçoit une notification sur son téléphone. Le message est également envoyé à un groupe d'amis, de voisins ou de membres de la famille choisis par l'utilisateur. Ils peuvent alors regarder les flux vidéo des caméras de surveillance, pour vérifier s'il y a effectivement un problème.

des services d'assistance intégrés

Cet écosystème ouvert recueille les informations émises par les appareils en se connectant à leurs API (interface de programmation), grâce au Wi-Fi ou au GSM (Global System for Mobile Communications). Les données sont ensuite envoyées au client sur l'application Mon Axa, ou par SMS. Elles ne sont pas stockées sur les serveurs de l’assureur. "L’objectif n’est pas d’accumuler de la donnée mais d’apporter du service", affirme Amélie Oudéa-Castera, directrice générale adjointe d’Axa particuliers et professionnels.

Plusieurs entreprises, comme Nest ou Orange, proposent déjà ce service. Certaines l'offrent même gratuitement. Axa se distingue car il permet à ses clients, directement depuis l'application Mon Axa, de contacter en deux clics les secours ou les services d'assistance de l'assureur : levée de doute en cas d'intrusion, réparations…

6 mois de test

Capteur de présence Myfox, ampoule intelligente Hue de Philips, détecteur de fumée Nest… Axa a tissé des partenariats avec plusieurs fabricants pour développer une offre "à la carte" : le client peut choisir quels objets connectés il souhaite utiliser. "On ne lui impose pas de marque spécifique", pointe la directrice générale adjointe. S'il possède déjà certains de ces appareils, il peut simplement les connecter au hub. Sinon, il peut les acheter depuis l'application (avec des promotions).

Le pilote sera testé pendant 6 mois. Il est pour l'instant intégré aux offres multirisques habitation de l'assureur. Mais Axa veut ensuite créer un contrat spécifique autour de ce hub, qui pourrait intégrer des réductions de primes d'assurance.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS