Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Axa lance une assurance contre les retards d'avions avec la blockchain Ethereum

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Axa vient de lancer Fizzy, une assurance basée sur Ethereum pour couvrir les retards des vols. Le groupe s'est appuyé sur l'API de la start-up lilloise Utocat pour développer sa solution. Selon l'assureur, il s'agit de la première application blockchain déployée auprès du grand public en Europe. D'autres cas d'usage devraient bientôt voir le jour. 

Retard d'avion : Axa vous indemnise automatiquement avec la blockchain Ethereum
Axa lance une assurance contre les retards d'avions avec la blockchain Ethereum © Benoit Tessier

La blockchain Ethereum et ses "smart contracts" ont séduit Axa. Le géant de l'assurance propose depuis la semaine dernière Fizzy, une nouvelle assurance paramétrique permettant de couvrir les retards d'avions, et basée sur la technologie de la chaîne de blocs. "Cette assurance se distingue par deux éléments : il n'y a aucune condition d'exclusion et, en cas de retard, il n'y a pas besoin de faire une réclamation. L'utilisateur est automatiquement remboursé", explique Clément Francomme, CEO et fondateur de la start-up lilloise Utocat, éditrice de l'API Blockchainiz sur laquelle s'est appuyée Axa pour développer Fizzy.

 

Une indemnisation automatique

Comment ça marche ? Après avoir acheté un billet d'avion, l'utilisateur se rend sur le site Fizzy.Axa pour souscrire à l'assurance. La solution est connectée au trafic aérien mondial de manière à récolter les informations d'atterrissage des vols. "Une fois l'information disponible dans la blockchain, c'est le smart contract qui prend la décision d'indemniser le client ou non. Si un retard de plus de deux heures est constaté, l'indemnisation se déclenche automatiquement", détaille Clément Francomme. "Axa délègue donc la décision d'indemnité à un réseau indépendant, renforçant ainsi la confiance que le client peut avoir en Axa", explique le groupe d'assurance.

 

Dans les détails, l'indemnisation prévue correspond au tiers du prix du billet. Le prix de l'assurance varie, lui, selon le "risque" du vol. Selon Laurent Benichou, directeur de la R&D chez Axa GIE, le ratio entre le prix de l'assurance et l'indemnisation oscille entre 10 et 40. L'architecture de la solution a été pensée pour coller à la promesse d'Axa qui consiste à améliorer l'expérience client, expliquent les équipes de l'assureur. "C'est une solution custumer centric. Il n'y a aucune exclusion. Vous savez combien vous allez être indemnisé avant de souscrire à l'assurance et l'indemnisation est versée directement sur votre compte en banque sans que vous n'ayez besoin d'envoyer votre Rib", détaille Laurent Benichou.

 

étendre la solution aux bus et aux trains 

"A notre connaissance, il s'agit de la première application blockchain déployée auprès du grand public en Europe", se félicite l'assureur. Clément Francomme tient, pour sa part, à souligner la volonté d'Axa d'opter pour une blockchain publique et non privée. "Le recours à un standard présente un avantage clé : la mutualisation des coûts de maintenance au niveau mondial. Cela permet d'obtenir un système plus robuste et plus durable", commente l'entrepreneur.

 

Pour l'heure, Fizzy est uniquement disponible pour les vols reliant Paris-Charles-de-Gaulle et les Etats-Unis ou l'inverse. Dans un premier temps, l'assureur va tester l'efficacité de Fizzy sur ces premières destinations et s'attacher à développer des partenariats avec des agences de voyage et des compagnies aériennes pour commercialiser ce nouveau produit dans une logique BtoB. La prochaine étape consiste à élargir le nombre de "routes" couvertes par Fizzy, puis d'étendre cette solution à d'autres moyens de transports (trains et bus).

 

Bientôt une assurance météo ?

L'idée, à terme, consiste à utiliser cette plateforme technologique pour appréhender d'autres cas d'usage. "Pour qu'une assurance paramétrique fonctionne correctement, il faut disposer de données. Nous pensons donc aussi à nous appuyer sur les données météorologiques", explique Laurent Benichou, qui prend l'exemple du mariage. "Tous les futurs mariés ont une grande angoisse, celle de savoir s'il va pleuvoir ou non le jour J. Nous pourrions imaginer un produit d'assurance où, si X jours avant le mariage un fournisseur de prévisions météorologiques indique un risque de pluie, une indemnisation soit versée automatiquement au couple afin qu'il puisse louer un barnum".  De son côté, la start-up lilloise Udocat travaille avec 11 clients dans les secteurs de l'assurance, la banque et la finance. D'autres applications concrètes de la blockchain devraient donc bientôt voir le jour sur le marché.

 

 

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale