Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Axandus, un accélérateur de start-up pensé comme une pépinière à idées pour EFI Automotive

L'équipementier automobile français spécialisé dans la mécatronique EFI a lancé son accélérateur de start-up Axandus en 2014. Axandus aide les jeunes pousses à industrialiser leurs projets dans de nombreux domaines d'activités qui vont de la mobilité à la santé en passant par l'AgTech et la domotique. En scrutant tout ces secteurs d'activités, Axandus ne veut pas passer à côté d'une innovation qui pourrait avoir des débouchés sur le marché de l'automobile.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Axandus, un accélérateur de start-up pensé comme une pépinière à idées pour EFI Automotive
EFI Lighting est une joint-venture créée entre EFI Automotive et le spécialiste de la soie Brochier afin de commercialiser des produits en Lightex réunissant textile, fibre optique et LED. © EFI Lighting

Axandus est une division d'EFI créée en 2014 et pensée comme un accélérateur de start-up. Deux facteurs ont poussé l'équipementier automobile français spécialisé dans la mécatronique à lancer son accélérateur : un marché automobile en berne et l'envie de mettre l'expérience de gens de valeur au profit des start-up.

 

Un accélérateur pour aider EFI à se diversifier

Axandus vise aussi à permettre à EFI d'entamer la "diversification d'un gros groupe industriel pour répondre aux changements d'une économie de plus en plus complexe dans le monde automobile", précise Stéphane Raquin, chef de projets Axandus. Cet accélérateur de start-up est de fait aussi pensé comme une pépinière à idées pour EFI… Mais une fois l'idée germée, encore faut-il trouver le bon modèle. Axandus a décidé de ne pas entrer au capital des start-up mais de leur proposer ses compétences et celles d'EFI, afin d'industrialiser leur projet. Un service qui a un coût, facturé aux start-up accélérées, ce qui permet à Axandus d'afficher un chiffre d'affaires d'1,5 million d'euros.

 

La logique industrielle d'EFI au service des start-up

"Les start-up sont très bien accompagnées en France de la genèse de l'idée jusqu'à l'amorçage", explique Stéphane Raquin. Mais une fois le PoC terminé et les premiers contrats exploratoires avec des grands groupes réalisés, les systèmes d'accompagnement se font moins nombreux : "De l'amorçage à la commercialisation, nombreuses sont celles qui ne passent pas ce cap", précise-t-il.  Axandus les accompagne dans cette démarche.

 

Les start-up accélérées bénéficient de la logique industrielle de l'équipementier automobile qui a l'habitude de vendre des systèmes avant même de les avoir conçus. Entre une idée et la mise en série d'un produit, il faut compter en moyenne 5 millions d'euros dont 3 pour l'industrialisation. Sur ce dernier poste de dépense, Axandus souhaite faire économiser aux jeunes pousses 1 million d'euros et de longs mois de développement. L'objectif est que les start-up "arrivent sur leur marché avec un produit mature, au bon coût et au bon moment", résume Stéphane Raquin.

 

Une start-up avec un axe BtoB

Pour être accélérée par Axandus, la start-up doit proposer un produit de mécatronique et avoir un axe BtoB. Les secteurs d'activités scrutés par Axandus vont de la domotique un peu complexe en passant par tout ce qui concerne l'AgTech, la mobilité, l'économie d'énergie, les ressources rares et la santé... Certaines technologies peuvent être déclinables dans l'automobile même si le marché d'origine visé par la start-up est différent. "On ne peut pas s'interdire d'aller regarder toutes les technos et tous les secteurs d'activités parce qu'on se couperait de tout un pan de l'innovation", justifie Stéphane Raquin.

 

L'objectif pour Axandus est de proposer un produit en association avec les start-up accélérées dans le domaine de l'automobile. Peu importe leur domaine d'activité d'origine. "Mais avant, il faut déjà que la start-up performe sur son marché", précise Stéphane Raquin. Axandus les accompagne donc pendant un à deux ans, en fonction des besoins. L'accélérateur propose les moyens d'essai d'EFI, ses ressources industrielles et son savoir-faire dans la simulation pour obtenir la bonne pièce du premier coup. Les start-up peuvent aussi bénéficier de sa puissance d'achat, de son réseau et de son accès à la R&D de gros comptes comme Henkel ou 3M.

 

EFI peut proposer une valeur de production

"EFI peut aller jusqu'à proposer une valeur de production aux start-up, mais il faut que cela ait du sens de pousser une production en interne", ajoute Stéphane Raquin. Par exemple, Axandus a établi une ligne de production permettant de produire des dizaines de milliers de tags de systèmes RFID (identification par radiofréquence) conçus par la start-up Primo1D. A l'origine, la start-up souhaitait commercialiser sa technologie auprès des enseignes et des marques puisqu'elle peut faire office d'antivol. Mais de son rapprochement avec Axandus pourrait naître un débouché dans le monde de l'automobile... De même, les robots sous-marins autonomes iBubble de Notilo Plus, sont produits sur son site de Joinville.

 

Autre réussite : la création d'EFI Lighting, une joint-venture créée entre l'équipementier automobile et le spécialiste de la soie Brochier. EFI Lighting commercialise des produits en Lightex réunissant textile, fibre optique et LED. Au total, 70 start-up ont été accélérées par Axandus qui cherche aujourd'hui à vraiment développer l'axe de co-conception avec les start-up.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale