Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Axelle Lemaire défend la loi renseignement et évoque la loi numérique

Pour la secrétaire d'Etat au numérique  Axelle Lemaire, la loi sur le renseignement "n'a rien à voir avec ce qui s'est passé aux Etats-Unis", où le scandale Prism a révélé les pratiques douteuses de l'Agence nationale de sécurité (NSA). Elle défend le texte dans le cadre d'une interview accordée le 27 avril à LCI. La femme politique y donne aussi les premiers axes de son projet de loi sur le numérique : la "loi Lemaire" visera à générer de la croissance, de l'innovation et de l'inclusion sociale. 
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Dans une interview accordée ce 27 avril à LCI, et diffusée ci-dessous, la secrétaire d'Etat au numérique  Axelle Lemaire défend la loi sur le renseignement, qui doit être votée le 5 mai : "Il y a une urgence à légiférer pour assurer que les agents des services de renseignement agissent dans un cadre législatif connu, contrôlé et protecteur pour eux".

Pour elle, ce texte "n'a rien à voir avec ce qui s'est passé aux Etats-Unis", où l'informaticien Edward Snowden  a dévoilé en juin 2013 la surveillance de masse mise en œuvre par l'Agence nationale de sécurité (NSA). Le texte de loi français "introduit des limitations dans le temps et l’espace […] pour cibler des terroriste", a insisté Axelle Lemaire ajoutant que "les contrôles [seront] nombreux"

La secrétaire d'Etat a également mentionné au cours de l'émission son projet de loi sur le numérique, qui devrait être présenté à l'Assemblée nationale en septembre 2015. Elle a appelé pour la première fois ce futur texte "loi Lemaire". Il aura trois objectifs principaux : "la croissance, l'innovation, et l'inclusion sociale", pointe la politique. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

3 commentaires

Alain Souloumiac
28/04/2015 09h34 - Alain Souloumiac

C'est l'article 10 que Mitterrand a convaincu Clinton d'introduire dans les APDIC (Accords de l'OMC). Il est clair que le statut des programmes numériques est une matière législative. La France, créatrice du droit d'auteur, a évidemment un rôle de premier plan à jouer.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Alain Souloumiac
28/04/2015 09h31 - Alain Souloumiac

malheureusement, ses auteurs ont pensé qu'il ne fallait pas qu'il le soit. C'est ainsi que la croissance par la loi des autoroutes de l'information a pu s'imposer. En matière de croissance par la loi, dans le numérique la France dispose d'une carte maîtresse à jouer.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Alain Souloumiac
28/04/2015 09h29 - Alain Souloumiac

CROISSANCE, INNOVATION ET INCLUSION Ce que l'on appelle numérique et qui veut peut-être désigner une branche/totalité du software est sans doute l'un des secteurs de croissance le plus porteur de notre économie. Si le minitel avait été standard il règnerait probablement sur les marchés Internet

Répondre au commentaire | Signaler un abus

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale