Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Axelle Lemaire "sanctuarise" les crédits dédiés à l'attractivité de la French Tech

L'enveloppe de 15 millions d'euros, affectée à la promotion de la French Tech à l'international, était gelée : Axelle Lemaire a obtenu son déblocage et sa "sanctuarisation", a-t-elle annoncé en marge d'une communication sur la "République numérique" au Conseil des ministres.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Axelle Lemaire sanctuarise les crédits dédiés à l'attractivité de la French Tech
Axelle Lemaire "sanctuarise" les crédits dédiés à l'attractivité de la French Tech © Luc Pérénom

Cet été, de nombreuses voix s'étaient élevées pour s'inquiéter du non-déblocage d'une enveloppe de 15 millions d'euros dédiée à la promotion de la French Tech, la communauté des acteurs du numérique en France. La subvention était en effet menacée, dans l'attente d'un arbitrage à Bercy. Ce 3 septembre, Axelle Lemaire annonce que l'enveloppe est débloquée et même "sanctuarisée". 15 millions d'euros seront donc bien affectés dans les prochaines semaines au renforcement de l' "attractivité internationale" de la French Tech.

 

Lire notre dossier "Tour de France des candidats au label French Tech"

 

Ils permettront de financer des actions de communication visant à séduire des talents, des investisseurs et des entrepreneurs étrangers. Soit en les invitant à la rencontre des acteurs français, comme en juin dernier, soit en tenant des stands sur les grandes manifestations du secteur comme le CES de Las Vegas, en janvier.

Concertation à l'automne

Axelle Lemaire a annoncé cette bonne nouvelle en marge d'une communication en Conseil des ministres, ce 3 septembre.

La France 4e e-gouvernement au monde

La France continue de progresser au classement des e-gouvernements réalisé par le Département des affaires économiques et sociales de l'ONU. 7ème en 2003, 8ème en 2012, elle occupe désormais le 4ème rang.Le pays (champion européen) est particulièrement performant en matière de services publics en ligne, selon l'ONU.
La ministre déléguée a réaffirmé les priorités du gouvernement dans le domaine : formation dès le plus jeune âge, réduction de la fracture numérique par le déploiement du haut débit et du mobile dans les "zones blanches", simplification administrative par le digital, ouverture des données publiques. Sur tous ces sujets, une vaste concertation sera lancée d'ici la fin du mois par le Premier ministre. Elle sera conduite par le Conseil national du numérique et devrait déboucher sur un projet de loi numérique présenté au Parlement en 2015.

Notons un subtil glissement sémantique : alors que Fleur Pellerin parlait volontiers de la France comme d'une "start-up République" avec une vision fortement axée sur les enjeux économiques, Axelle Lemaire préfère évoquer une "République numérique", façon d'intégrer une dimension sociale et sociétale à sa démarche (et de ne pas laisser de côté les grosses entreprises ?). Pour la secrétaire d'Etat, la diffusion des technologies et usages numériques est autant "un atout économique" qu' "une source de progrès social, au service des valeurs de la République". C'est sur ces deux pieds qu'elle compte avancer dans les prochains mois.

Sylvain Arnulf

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale