Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Axionable AI et CNRS Innovation travaillent sur une classification mondiale des brevets à l'aide d'IA

Axionable AI et CNRS Innovation ont annoncé le 2 juillet 2019 la mise en place d'une solution permettant de classer les brevets technologiques mondiaux. Cet outil vise à aider les entreprises françaises à orienter leurs innovations afin de les rendre plus compétitives à l'international.  
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Axionable AI et CNRS Innovation travaillent sur une classification mondiale des brevets à l'aide d'IA

Le nombre de dépôts de brevets est en constante augmentation. Un volume croissant qui rend difficile leur identification et leur utilisation. Pour les valoriser et faciliter leur intégration par les entreprises, CNRS innovation (filiale de valorisation et d’évaluation des technologies du CNRS) et Axionable AI (le laboratoire de recherche appliquée en Intelligence Artificielle de la société de data du même nom) ont annoncé le 2 juillet 2019 leur ambition de créer un outil de classification automatique des brevets technologiques. Et ce, grâce à l’intelligence artificielle.

 

"Ce type d'outil est devenu indispensable dans l'exploitation des informations relatives aux brevets. L'explosion du volume d'information technique produit quotidiennement exclut désormais un traitement manuel de ces données", explique Philippe Petit, analyste en information scientifique chez CNRS Innovation, qui gère aujourd'hui 1 500 familles de brevets et 1 300 contrats de transfert de technologie, avant de poursuivre : "Les classifications actuelles (IPC, CPC) gérées manuellement par les offices brevets sont utiles mais incomplètes et ne correspondent pas, en général, à nos besoins."
 

Un répertoire d'innovation

"Le lexique relatif au brevet est très spécifique et vient rajouter une complexité supplémentaire en vue de sa compréhension et sa classification", renchérit Gwendal Bihan, directeur d'Axionable. Le projet conduit par les deux entreprises repose donc sur une technologie de classification qui fonctionne grâce au traitement automatique du langage naturel (NLP). La solution est en mesure de repérer des spécificités, tels que les termes et les secteurs d'applications, dans les rapports de brevets, caractérisées par leur longueur et leur haut niveau de technicité. 


"L'objectif est également d'affiner ce modèle pour les projets d'intelligence artificielle qui sont cruciaux dans les innovations actuelles. Cela permettra de donner une vision générale des brevets au niveau mondial", poursuit Gwendal Bihan.

 

Vers des brevets plus forts et mieux placés

L'application de la loi pacte en 2020 renforcera de façon conséquente le poids du brevet français grâce, entre autres, à l'examen de son inventivité. Cette classification automatique développée par Axionable AI et le CNRS Innovation semble préparer le terrain de façon complémentaire. Tandis que la loi Pacte donne une valeur supplémentaire au brevet français, le répertoire pourra donner une orientation afin que les entreprises déposent des brevets là où cela semble le plus opportun.

 

"Ce projet a comme objectif d'être un outil pour les entreprises, pour les aider à innover dans une logique d'export, en ayant une vision de ce qui a déjà été fait, des opportunités, des tendances", annonce Gwendal Bihan. Et de préciser : "Il est aussi possible de détecter les zones grises. Par exemple, les brevets logiciels en France ne sont pas bien définis, alors qu'ils le sont très clairement aux Etats-Unis".

 

Avoir une vision exhaustive des brevets dans le monde ouvre également des possibilités pour la collaboration qui ne semblait pas possible jusqu'à présent. "Cette analyse nous intéresse particulièrement pour répondre à la concurrence des Etats-Unis ou de la Chine qui sont très avance en termes de brevets, mais cela peut aussi encourager les acteurs à collaborer autour d'une innovation de façon complémentaire en évitant que l'un ne vienne empiéter sur l'autre", déclare Florent Storme, data scientist chez Axionable, participant au développement de l'IA.

 

La solution sera dans un premier temps utilisée par CNRS Innovation et mise à disposition des clients d'Axionable. Mais à terme, les deux acteurs ambitionnent de la rendre accessible à tous, via une licence en open source.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale