Baidu et Pony.ai poursuivent leurs déploiements de véhicules autonomes en Chine

Pony.ai et Baidu ont obtenu l'autorisation de faire circuler une dizaine de véhicules autonomes chacun sans chauffeur ni opérateur de sécurité dans une zone précise de Pékin. Les deux entreprises poursuivent ainsi leurs essais en vue de devenir des acteurs incontournables dans le domaine de la conduite autonome en Chine.

Partager
Baidu et Pony.ai poursuivent leurs déploiements de véhicules autonomes en Chine

Pony.ai a obtenu les autorisations pour déployer des véhicules autonomes de niveau 4 à Pékin. La start-up, qui est notamment soutenue par Toyota, précise le 30 décembre 2022 qu'une dizaine de robots taxis seront déployés dans la zone de Yizhuang. Pony explique vouloir tester ses véhicules autonomes sans personne à bord. Seul un opérateur suivra à distance le bon déroulé des opérations.

10 véhicules autonomes

En octobre 2021 une zone de tests "Beijing Intelligent Connected Vehicle Policy Pilot Zone" a été ouverte à Pékin avec trois permis différents pour tester des véhicules autonomes : avec un opérateur de sécurité sur le siège passager, avec un opérateur de sécurité sur un siège arrière du véhicule, sans chauffeur ni opérateur de sécurité. Ces permis sont délivrés progressivement, et pour obtenir cette troisième autorisation les véhicules autonomes doivent répondre à des critères techniques et opérationnels très précis comme le taux de désengagement (ce qui correspond à la reprise en main du véhicule par l'opérateur de sécurité).

Pony explique avoir passé avec succès, et sans aucun problème de sécurité, tous les tests mis en place dans ce cadre. La start-up peut désormais faire circuler une dizaine de véhicules autonomes sans chauffeur ni opérateur de sécurité à leur bord. En novembre 2021, elle a décroché l'autorisation de tester ses véhicules autonomes avec un opérateur de sécurité sur le siège arrière. En juillet elle a reçu le permis pour commercialiser des courses à bord de ses véhicules autonomes avec un opérateur de sécurité sur le siège passager et en avril 2022 elle a obtenu un permis pour proposer des courses à bord de ses véhicules autonomes à Pékin et une licence pour opérer un service de taxis à Guangzhou.

La Chine accélère

Comme Pony, Baidu a décroché une telle autorisation de faire circuler une dizaine de véhicules autonomes sans chauffeur ni opérateur de sécurité à Pékin. Le géant de l'Internet chinois se rapproche un peu plus de son ambition visant à proposer un service de robots taxis dans les rues de la capitale. Son service Apollo Go est déjà déployé à Wuhan, Pékin, Shenzhen et Chongqing. Dans certaines de ces villes il n'y a pas de conducteur ou d'opérateur de sécurité.

A Wuhan, Baidu peut faire circuler ses robots taxis dans une zone trois plus large que précédemment, augmenter le nombre de véhicules en service ainsi que la plage horaire (de 7h à 23h). L'entreprise souhaite ajouter 200 véhicules autonomes à sa flotte de robots taxis en 2023. La bataille fait rage en Chine entre les différents acteurs. Le pays a largement revu ses ambitions à la hausse dans ce domaine et favorise les tests en conditions réelles. Une politique similaire à celle menée par les Etats-Unis. A l'inverse, l'Europe a une politique plus restrictive et prudente.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS