Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Beamy lève 8 millions d'euros pour rationaliser le SaaS dans les entreprises

Levée de fonds La start-up lilloise Beamy édite une solution de SaaS management, qui sert à recenser les applications logicielles utilisées dans les grandes entreprises et à optimiser leur gestion. Elle compte accélérer son internationalisation grâce à sa dernière levée de fonds.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Beamy lève 8 millions d'euros pour rationaliser le SaaS dans les entreprises
Beamy lève 8 millions d'euros pour rationaliser le SaaS dans les entreprises © Commission européenne

L'explosion du logiciel as a service entraîne dans les grandes entreprises de nouvelles problématiques de gestion des solutions. Dans les entreprises de plus de 1000 salariés, en moyenne plusieurs centaines de solutions SaaS différentes sont utilisées, selon Beamy, qui commercialise une plateforme de SaaS management. La société annonce ce lundi 19 avril une levée de fonds en série A de plus de 8 millions d'euros (dont 3 millions en dette), auprès des fonds Aglaé Ventures, ISAI et Evolem, ainsi que de plusieurs business angels.

La solution de la start-up lilloise "aide la DSI et le comex à contrôler cet IT/digitalisation parallèle et à renforcer l'autonomie technologique des métiers tout en préservant la gouvernance d'entreprise", explique-t-elle dans un communiqué. Parmi ses clients, on trouve de grands noms comme LVMH, Décathlon, Orange, Engie et BNP Paribas.
 

Redonner du contrôle à la DSI

"L'adoption massive du SaaS se fait très majoritairement hors du contrôle de la DSI, ce qui entraîne une sous-estimation considérable du volume réel d'applications SaaS déjà utilisées par les métiers. Par conséquent, ces entreprises deviennent fortement vulnérables aux risques de cyberattaque : chaque SaaS non maîtrisé représente une faille de sécurité potentielle", justifie Beamy. Sans compter les doublons, qui grèvent les budgets.

La technologie de Beamy détecte les divers applications utilisées dans l'entreprise, les suit dans le temps, en dresse un catalogue, et établit une cartographie des risques. Elle effectue ainsi un état des lieux de ce qu'elle nomme le "shadow IT", afin d'aider les grandes entreprises à trouver le bon équilibre entre décentralisation et autonomie des métiers d'un côté, réduction des risques et rationalisation de l'autre.

Grâce à sa levée de fonds, Beamy, déjà présente au Royaume-Uni, compte s'internationaliser davantage, recruter 40 personnes dans les 12 prochains mois et investir dans sa technologie.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.