Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Bercy s'empare du dossier Texas Instruments

La ministre déléguée à l'Economie numérique, Fleur Pellerin, a annoncé que le vice-président du groupe américain sera reçu début janvier à Bercy. Texas Instruments vient d'annoncer la fermeture du site de Villeneuve-Loubet près de Nice et la suppression de 517 emplois en France.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Bercy s'empare du dossier Texas Instruments
Bercy s'empare du dossier Texas Instruments

"Face à la fermeture annoncée d'un site historique, le ministère a décidé de prendre une série d'initiatives: Greg Delagi, vice-président du groupe en charge des systèmes embarqués, sera reçu le 4 janvier à Bercy", a indiqué mercredi 19 décembre la ministre déléguée à l'Economie numérique, Fleur Pellerin, lors des questions d'actualité à l'Assemblée nationale.

La veille, la direction de Texas Instruments a en effet annoncé la suppression de 517 emplois, synonyme de fermeture pour son site de Villeneuve-Loubet, dans les Alpes-Maritimes.

L'intersyndicale reçue dans les prochains jours

Fleur Pellerin a précisé qu'elle recevra dans les prochains jours l'intersyndicale du site "afin de connaître les revendications qu'elle porte". Les syndicats, sonnés tout comme les salariés après l'annonce de la fermeture, ont déjà rendez-vous vendredi 21 décembre avec la direction de Texas Instruments pour un comité d’entreprise consacré à l’explication des motifs économiques du plan social.

Le ministre du Redressement productif "Arnaud Montebourg est extrêmement attentif à l'évolution de ce dossier, dont nous connaissons l'importance pour les Alpes-Maritimes et plus largement pour la Côte d'azur", a indiqué la ministre déléguée à l'Economie numérique.

"Les signaux négatifs étaient nombreux, suite à l'annonce faite par Texas Instruments le 14 novembre d'arrêter les activités de microprocesseurs et de connectivité sans fil destinées aux tablettes et aux smartphones", a ajouté Fleur Pellerin.

Un traumatisme pour la Côte d'Azur

"Le ministère mettra tout en oeuvre pour assurer l'attractivité de la technopole française la plus importante, Sophia-Antipolis", a-t-elle conclu. Le groupe américain s'était en effet installé au début des années 60 à Villeneuve-Loubet, une commune située à l'ouest de Nice, où il disposait à l'époque d'une usine de fabrication de composants et employait quelque 2 000 personnes.

Plusieurs élus locaux s'étaient inquiétés des conséquences d'une potentielle fermeture du site. "Ce site est particulièrement important dans l'économie azuréenne, tant par son nombre d'emplois que par l'activité de recherche et de développement qu'il représente et qu'il génère", avait ainsi indiqué la Métropole Nice Côte d'Azur.

De son côté, le député UMP des Alpes-Maritimes Lionnel Luca avait demandé l'intervention de l'Etat dans un courrier adressée au ministre du Redressement productif, soulignant les nombreuses aides publiques reçues par Texas Instruments depuis plusieurs années.

Julien Bonnet

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.