Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Bertin Nahum, l'entrepreneur "révolutionnaire", place ses robots chirurgiens en Bourse

Seule société française à concevoir des robots d’assistance chirurgicale, MedTech et son désormais célèbre patron, Bertin Nahum, espèrent lever une vingtaine de millions d’euros sur le Nyse Euronext... Pour conquérir les Etats-Unis.
mis à jour le 01 novembre 2013 à 09H03
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Bertin Nahum, l'entrepreneur révolutionnaire, place ses robots chirurgiens en Bourse
Bertin Nahum, l'entrepreneur "révolutionnaire", place ses robots chirurgiens en Bourse © Pascal Guittet

D’ici un mois, il devrait être côté sur le Nyse Euronext. Le fabricant français de robots d'assistance chirurgicale, MedTech, s’apprête à franchir une nouvelle étape : s’introduire en Bourse en levant une vingtaine de millions d’euros. Si le nom de cette PME montpelliéraine de vingt personnes vous dit quelque chose, c’est que son fondateur, Bertin Nahum, a été sacré il y a un an "quatrième entrepreneur high-tech le plus révolutionnaire au monde" par une revue canadienne. De quoi donner des ailes à cet ambitieux ingénieur (voir le portrait que nous avions réalisé en mars) qui n’hésite pas à affronter de gros concurrents américains : la division santé de l’équipementier General Electric ou le fabricant de robots Intuitive Surgical.

Renforcer la filiale américaine

Alors pourquoi ne pas tenter la cotation aux Etats-Unis, alors que c’est là-bas que réside l’essentiel du marché de la robotique chirurgicale, les chirurgiens français étant encore souvent réticents à utiliser ces coûteux robots ? "Nous sommes une société résolument française et fière de l’être, réplique Bertin Nahum. Et pour être côté aux Etats-Unis, il faut avoir une présence assez significative sur le territoire nord-américain. Nous y avons monté une filiale qui commence à vendre nos machines dans des hôpitaux de renom aux Etats-Unis et au Canada, mais notre présence y est encore limitée." Il compte donc justement se servir des fonds levés pour investir significativement dans le développement commercial, notamment en Amérique du Nord.

Etendre son robot à la chirurgie de la colonne vertébrale

Car depuis la création de MedTech en 2002 et le lancement en 2009 de Rosa - son robot chirurgical à guidage laser qui assiste le bras du neurochirurgien dans de délicates opérations du cerveau - c’est encore principalement en France qu’ont été commercialisés les 19 robots vendus à ce jour.

Mais Bertin Nahum voit grand. Et ambitionne d’atteindre une vingtaine de millions d’euros de chiffre d’affaires en 2016, contre 2 millions d’euros actuellement. En étendant l’indication de son robot à la chirurgie de la colonne vertébrale, avec la commercialisation de "Rosa Spine" l’an prochain en Europe, et en 2015 aux Etats-Unis. Avec ces deux indications, c’est un marché de 2,5 milliards d'euros qui lui ouvrirait les bras, estime MedTech. De quoi convaincre les investisseurs européens de se lancer dans l’aventure, aux côtés de trois fonds d’investissement français et du management, qui détient actuellement 60% du capital de la PME.

Gaëlle Fleitour

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media