Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Bientôt du très haut débit en Antarctique ?

Vu ailleurs Les Etats-Unis réfléchissent à relier une base scientifique américaine située en Antarctique à l'Internet très haut débit, grâce à un câble sous-marin traversant l'Océan Austral jusqu'en Australie ou en Nouvelle-Zélande.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Bientôt du très haut débit en Antarctique ?
Bientôt du très haut débit en Antarctique ? © Hannes Grobe, Alfred Wegener Institute

L'Antarctique est le dernier continent à ne pas recevoir de connexion Internet à très haut débit. Cela pourrait bientôt changer, raconte un article du site The Verge. La Fondation nationale pour la science (NSF), une agence américaine qui soutient la recherche fondamentale, étudie en effet la faisabilité d'une liaison en fibre optique pour relier le continent à l'Australie ou à la Nouvelle-Zélande.

Le câble sous-marin pourrait par exemple relier l'Antarctique à travers la Mer de Ross et l'Océan Austral. Une autre voie consisterait à rallier Perth en Australie. Il permettrait d'amener le haut débit jusqu'à la base de recherche scientifique américaine de McMurdo, située dans le sud de l'île de Ross, qui abrite un millier de scientifiques pendant l'été austral.

Des instruments de mesure dans le fourreau
Outre les avantages que représenterait une connexion haut débit pour la vie quotidienne des scientifiques sur place, qui n'ont à leur disposition actuellement qu'une liaison satellitaire insatisfaisante, un rapport établi au mois d'octobre suggère que le câble pourrait servir en lui-même à la recherche scientifique, en l'équipant d'instruments de mesure. Par exemple, la fibre pourrait servir à collecter des données sismiques, ou à observer les variations de pression et de température au fond de l'océan. Ce qui apporterait des ressources à l'étude du changement climatique.

Au-delà, la connexion sur la base McMurdo permettrait aux chercheurs de transférer des données dans le cloud pour collaborer en temps réel, faire des livestreams, et transférer des données plutôt que de les stocker sur des disques durs.

La NSF doit maintenant réaliser une étude en collaboration avec le Département de la Défense avant de prendre la décision ou non de se lancer dans le projet.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.