Biogen et la pépite TheraPanacea misent sur l'IA pour améliorer le diagnostic de la sclérose en plaques

A l'occasion de Choose France, l'entreprise américaine Biogen collabore avec TheraPanacea dans le cadre d'un financement de 49,3 millions d'euros. Cette spin-off de l'Université Paris-Saclay est spécialisée dans l'IA appliquée à l'imagerie médicale. Avec le géant américain, elle sera chargée de développer plusieurs modèles capable d'améliorer la prise en charge des patients atteints de sclérose en plaques, d'Alzheimer et de Parkinson. L'Usine Digitale a pu échanger avec Shibeshih Belachew, directeur médical de Biogen Digital Health, et Nikolas Paragyios, CEO de TheraPanacea, pour comprendre les enjeux de cette collaboration. 

Partager
Biogen et la pépite TheraPanacea misent sur l'IA pour améliorer le diagnostic de la sclérose en plaques

Le laboratoire pharmaceutique américain Biogen et la start-up française TheraPanacea annoncent ce lundi 17 janvier 2022 une collaboration pour approfondir la compréhension de la sclérose en plaques, des maladies d'Alzheimer et de Parkinson grâce à l'intelligence artificielle. Le but : améliorer la prise en charge des patients.

Une enveloppe de 49,3 millions d'euros
En pratique, cette collaboration se traduit par une prise de participation minoritaire de 13,3 millions d'euros de la part de Biogen au travers d'une dette convertible en actions, auxquels s'ajoutent 36 millions d'euros de contrats de Recherche & Développement. Ce financement a été annoncé à l'occasion de Choose France 2022, l'événement visant à promouvoir l'attractivité de la France et encourager les investissements étrangers.

Si Biogen a choisi TheraPanacea, ce n'est pas un hasard. Les deux entreprises ont déjà collaboré par le passé et cette jeune pousse a développé une technologie qui répond parfaitement aux attentes de l'entreprise américaine spécialisée dans les maladies neurodégénératives. Cette spin-off de l'Université Paris-Saclay a développé un logiciel capable de diviser le temps de préparation d'une radiothérapie en détourant les organes et les tissus à épargner. Sa solution est utilisée pour améliorer le traitement d'un patient sur quatre en radiothérapie en France, peut-on lire dans le communiqué.

7 programmes de recherche autour de trois maladies
Dans le cadre de cette collaboration, sept programmes de recherche en neurosciences en vue de développer des systèmes d'apprentissage automatique d'analyse d'images cérébrales seront mis en place. L'objectif est de "diminuer au maximum le temps nécessaires pour aller du PoC (proof of concept, ndlr) aux produits certifiés avec un seul bénéfice : avoir un meilleur choix thérapeutique pour le patient", détaille Nikolaos Paragyios, PDG de TheraPanacea, à L'Usine Digitale. D'ici "deux ans", les partenaires espèrent avoir "une première solution certifiée pour l'usage clinique autour de la sclérose en plaques".

La sclérose en plaques est une maladie auto-immune du système nerveux central (le cerveau et la moelle épinière). Le système immunitaire, habituellement impliqué dans la lutte contre les virus et les bactéries, s'emballe et attaque la myéline (la gaine protectrice des fibres nerveuses qui permet la propagation de l'influx nerveux du cerveau aux différentes parties du corps). Près de 100 000 personnes sont atteintes de sclérose en plaques en France, d'après le ministère des solidarités et de la santé, dont 700 enfants.

Prédire l'avancement de la sclérose en plaques
Biogen et TheraPanacea souhaitent développer un logiciel capable de "prédire le décours (période de déclin) de la maladie", explique Shibeshih Belachew, directeur médical de Biogen Digital Health (filiale numérique de Biogen) à L'Usine Digitale. Pour développer ce modèle, des données issues d'imagerie médicale précédemment acquises par l'entreprise américaine lors d'études seront mises à disposition de la start-up. Jusqu'ici, les données issues de 3000 examens médicaux ont été délivrées. Ce data sets sera complété au fur et à mesure.

L'image du cerveau est "probablement ce qui nous rapproche le plus de la réalité de la maladie", indique le directeur médical. L'imagerie par résonance magnétique (IRM) permet de visualiser les plaques d'inflammation (les lésions) dans le système nerveux. "L'IRM est une source d'informations généralement sous exploitée par le radiologue, raconte-t-il. Une IRM, c'est plus de 6 millions de voxels (une unité d'information graphique qui définit un point dans un espace tridimensionnel, ndlr). Ce n'est pas traitable par l'oeil humain." D'où l'intérêt de confier cette tâche à un système d'apprentissage automatique.

Un logiciel couplé à l'imagerie médicale
Le produit final sera capable de "classer les lésions de la sclérose en plaques et éventuellement d'en inférer leurs décours ultérieurs grâce à un algorithme d'apprentissage", expose Shibeshih Belachew. Nikolaos Paragyios ajoute que le logiciel sera aussi capable de proposer le traitement thérapeutique le plus adapté eu égard à la situation du patient.

Biogen en est persuadé : les collaborations avec les start-up sont indispensables pour faire avancer les recherches médicales et faire en sorte que "la médecine personnalisée devienne une réalité pour les maladies neurologiques". C'est pour répondre à cet enjeu que Biogen a créé Biogen Digital Health, une division dédiée à la médecine du futur grâce à une alliance de la biologie et de la technologie.

Se déployer hors des frontières françaises
Pour la jeune pousse, cette collaboration est une étape importante de son développement qui va lui permettre de se faire connaître en dehors de la France, lui permettant de conquérir de nouveaux marchés. Pour mener à bien ce projet, elle prévoit de doubler la taille de ses équipes de recherche et développement avec des profils ingénieurs et docteurs en 2022. Nikolaos Paragyios a à coeur de prouver que sa technologie permet de passer d'un projet scientifique à une solution commercialisée qui améliore la prise en charge des personnes malades.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS