Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

BlackBerry hors course : les smartphones ultra-sécurisés sous les projecteurs

Quatrième épisode de notre série consacrée aux alternatives à BlackBerry en entreprise. Aujourd'hui, L'Usine Digitale vous présente des exemples de smartphones ultra-sécurisés. Utilisant le cryptage des données ou la biométrie, ces appareils garantissent une protection contre l'espionnage économique et se positionnent pour séduire les professionnels qui manipulent des informations sensibles.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

L'ultra-sécurisation n'a jamais été aussi tendance. Entre les révélations sur les écoutes de la NSA et les soupçons d'espionnage économique, la demande pour des smartphones biométriques et cryptés se fait de plus en plus forte. Si les derniers iPhone d'Apple et Galaxy de Samsung, leaders du marché grand public, intègrent tous les deux un dispositif de reconnaissance digitale, des entreprises se positionnent sur ce créneau et revendiquent leur indépendance ainsi qu'une sécurité des données transmises et stockées à toute épreuve.

Bull et Taztag, les champions français

En octobre 2013, le français Bull a présenté son smartphone ultra-sécurisé : le Hoox m2. Son système d'exploitation est basé sur un noyeau Android. Mais tous les éléments superflus et qui le rendaient vulnérable ont été supprimés, assurait alors à L'Usine Nouvelle, Franck Greverie, vice-président en charge des solutions de sécurité chez Bull. Pour contrer les pirates, l'appareil embarque en outre tous les équipements nécessaires, de la puce de chiffrement au coffre-fort élecronique en passant par un capteur biométrique.

Fondée en 2008, la PME bretonne Taztag s'est elle aussi spécialisée dans les smartphones ultrasécurisés. Au dernier MWC à Barcelone, l'entreprise présentait son smartphone et sa tablette, tous deux dotés d'un lecteur d'empreinte digitale. Comme pour le Hoox m2 de Bull, Taztag a mis au point une version sécurisé d'Android. Avec des bureaux aux Etats-Unis et à Hong Kong, l'entreprise réalise 90% de son activité auprès de clients étrangers. Sa tablette, disponible depuis 2010, a déjà été écoulée à 20 000 exemplaires.

Blackphone et BoeingBlack, taillés pour la discretion

Autre star du dernier MWC : le Blackphone. L’américain Silent Circle et l’espagnol Geeksphone se sont associés pour concevoir ce smartphone anti-pirate. Le système d'exploitation mobile PrivatOS, encore une version modifiée d’Android, est adossé à des applications natives pour chiffrer les communications voix et vidéo, les messages et les fichiers via une connexion VPN.

 

Plus étonnant, le constructeur aéronautique Boeing se positionne aussi sur ce créneau des smartphones ultra-sécurisés. Le groupe a présenté fin février sur son site web son smartphone multifonction destiné aux salariés du monde de la défense et de la sécurité intérieure. Entouré d'une résine, il est impossible de l'ouvrir et toute tentative d'ouverture forcée déclenche une fontion d'effacement complète des données. Boeing n'a pour le moment pas indiqué le prix et la date de sortie de son Boeingblack.

Julien Bonnet
 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale