Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Blade déporte le PC de jeu dans le cloud

Le Français Blade a débuté la commercialisation de son PC virtuel dédié au gaming, Shadow.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Blade déporte le PC de jeu dans le cloud
Blade déporte le PC de jeu dans le cloud © Blade Shadow

Shadow. C’est le nom donné par Blade à son PC virtuel. Ce petit boîtier donne accès à l’ensemble des fonctions d’un PC de jeu. Mais il n’est que l’ombre du PC, dont les composants clés (carte mère, carte graphique, mémoire, disque dur…) résident dans le cloud, dans un datacenter hébergé chez Data 4 à Marcoussis, en Essonne. Après un test pilote auprès de 3 000 clients, ce service vient d’être commercialisé à 30 euros l’abonnement mensuel.

 

Blade espère séduire 10 000 utilisateurs d’ici cet été parmi les joueurs exigeants, mais aussi les architectes, designers et graphistes. "En déportant la puissance de calcul dans un datacenter, nous proposons les meilleures technologies du moment, explique Emmanuel Freund, cofondateur et président de la start-up. Le client n’a plus à se préoccuper de la mise à jour de la carte graphique ou du processeur pour garder son PC au top niveau. Nous le faisons nous-mêmes au niveau de nos serveurs."

L’opportunité
Il y a 4 millions de joueurs sur PC rien qu’en France. Blade vise tout particulièrement les 600 000 d’entre eux qui jouent plus de 15 heures par semaine.

 

d'abord l'europe, puis les états-unis

Le patron de Blade balaie les limites traditionnelles du cloud. "Pour offrir le même confort qu’un PC local, nous ne mutualisons pas les ressources entre des utilisateurs simultanés. Nous affectons à chacun un PC dédié. Mais tous les abonnés ne jouent pas en même temps. Quand une ressource est libérée par l’un, elle est mise à la disposition d’un autre."

 

Fondée à Paris en 2015, Blade compte aujourd’hui 30 personnes. Le boîtier Shadow est fabriqué chez le sous-traitant Cordon Electronics, en Alsace. La start-up, qui a levé 13 millions d’euros en 2016, prévoit une autre levée de fonds pour s’attaquer à l’international, d’abord l’Allemagne et le Royaume-Uni, ensuite l’Europe du Nord puis l’Europe du Sud et peut-être les États-Unis. Dans trois ans, Emmanuel Freund voit sa société atteindre 300 000 abonnés et 140 millions d’euros de chiffre d’affaires. "Mais il est possible que nous ayons 2 millions d’abonnés", rêve-t-il.

 

L’innovation

Blade a inventé une technologie qui attribue à la volée un PC dédié à chaque utilisateur de façon à éviter les défauts traditionnels du cloud. C’est seulement quand la ressource n’est plus utilisée qu’elle est mise à la disposition d’un autre utilisateur. Cette technologie est protégée par trois brevets.

 

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale