Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Blank, la réponse du Crédit Agricole aux néobanques pour les professionnels

Sur un marché en plein essor, la fintech Blank vise à digitaliser la gestion financière et administrative des indépendants. L’offre a été développée au sein de La Fabrique by CA, le startup studio du Groupe Crédit Agricole.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Blank, la réponse du Crédit Agricole aux néobanques pour les professionnels
Blank, la réponse du Crédit Agricole aux néobanques pour les professionnels © Blank

Nouvelle venue dans l’écosystème des néobanques, la start-up Blank veut convaincre les professionnels indépendants. Pilotée par Paul-Henri Blaiset et Simon Parisot, l’offre de cette nouvelle fintech basée à Paris est disponible sur les stores AppStore et Google Play.

Après avoir élaboré son offre au sein de La Fabrique by CA, le startup studio du Groupe Crédit Agricole, la fintech avait présenté son produit en juin 2020. Après un test auprès d'une centaine de professionnels, Blank est désormais accessible aux indépendants français.

Elle cible plus précisément les freelances et artisans avec pour objectif d’alléger "la charge mentale qui pèse sur les indépendants", notamment en matière de formalités administratives, et répondre à "la solitude que l'on peut ressentir face aux exigences comptables et administratives".

4 millions de professionnels en France
Blank propose un compte professionnel assorti d’une carte d'outils de gestion, à partir de 7 euros mensuels. Elle propose des services de gestion de devis, factures, d’agrégation bancaire et d’exports comptables. Elle propose également une messagerie 7j/7. L’offre est complétée par des assurances professionnelles (indemnisation hospitalisation, doublement de la garantie constructeur, garanties en cas de déplacements professionnels, remboursement commande non-conforme ou non-livrée…). 

Avec pour objectif d’embarquer tous les aspects comptables et juridiques de la vie d'entreprise, Blank va s’enrichir dès le premier semestre d’un service d'affacturage, des terminaux de paiement, la création en ligne de sa micro-entreprise, l'encaissement de chèques et le scan de notes de frais. À l'été 2021, la start-up prévoit d'étoffer son offre avec des services supplémentaires comme le développement d'un environnement desktop pour le compte de paiement, en complément du mobile.

Artisans, freelances ou travailleurs des plateformes, comme les chauffeurs VTC et les livreurs, ce sont 4 millions de professionnels selon l’INSEE qui sont concernés. La pépite française Qonto a compris l’opportunité de se lancer sur le marché il y a 4 ans et revendique à date plus de 120 000 entreprises clientes. Quant à Memo Bank, soutenue par Marc Ménasé, Xavier Niel, Marc Simoncini ou encore Jacques-Antoine Granjon, elle cible les entreprises réalisant au moins 2 millions de chiffre d’affaires par an et comptant plus de 10 collaborateurs, soit quelque 150 000 petites et moyennes entreprises en France.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.