Blue living lab : un incubateur de start-up sur les milieux marins

Plusieurs start-up testent leurs projets ou des produits au sein de l'incubateur ouvert par le Centre national de la mer Nausicaá, à Boulogne-sur-mer (Pas-de-Calais), il y a deux ans. Les porteurs de projets bénéficient de son accompagnement via son riche écosystème technique et de compétences.

Partager
Blue living lab : un incubateur de start-up sur les milieux marins

A côté des bassins où nagent des raies manta, des requins ou des poissons clowns, le centre de découverte de l'environnement marin Nausicaá incube aussi start-up de la "Blue economy" dans son Blue living lab. Il a ouvert en février 2020. Pas le meilleur moment pour lancer un tel dispositif sur le modèle prévu – un accompagnement et un accès aux installations nécessaires pendant une période de trois mois renouvelable une fois - mais les premières start-up ont tout de même pu y tester des projets et un nouvel appel à projet est en cours d'instruction.

"Les porteurs de projet peuvent accéder à un espace de co-working très modulable de 60 m2, qui permet d'organiser des réunions de travail mais aussi des cocktails, des soirées de networking sur les thématiques de l'innovation et de l'océan", explique Gaëlle Jean, chargée de mission au Blue living lab. En matière d'espaces, ils peuvent aussi, selon leurs besoins, avoir accès aux équipements techniques de cet aquarium, le plus grand d'Europe. Les produits ou solutions ne sont pas testés dans les bassins où évoluent la faune et la flore marines mais dans des bassins annexes.

Réseau de compétences

Les porteurs de projets bénéficient aussi de l'accompagnement par les deux chargés de projet, par exemple lors d'ateliers de co-design, et par les équipes du centre, là encore selon leurs besoins : aquariologie, biologie marine, pêche, communication, médiation... Les soigneurs-plongeurs apportent leur connaissance fine des animaux et du milieu marin. L'équipe de médiation les aide à organiser des moments de rencontre avec le public, des études de marché ou des dégustation des produits auprès des visiteurs, selon les cas, mais aussi sur la gamification de certains services.

Les professionnels de la communication les accompagnent dans la manière de présenter leur projet... Les porteurs de projets peuvent aussi bénéficier d'un accès facilité au réseau de partenaires du Blue living lab sur l'ensemble de la filière maritime : boutique de gestion, Chambre de commerce et d'industrie, pôle de compétitivité sur les produits aquatiques Aquimer, plateforme d'innovation "Nouvelles vagues" d'expérimentation aquacoles ou encore l'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer (Ifremer) qui dispose juste à côté de bassins à houle et courant.

Les start-up sont sélectionnées par un comité de lors de deux appels à projets annuels - sauf ces derniers mois, du fait de la crise sanitaire, où les sollicitations ont été traitées au fil de l'eau. "Un comité d'engagement constitué de représentants de Nausicaá et de ses partenaires sélectionne les projets sur l'adéquation de leur projet avec nos valeurs, le lien entre l'Homme et l'océan, sa durabilité, sa faisabilité et sur notre capacité à l'accompagner", explique Gaëlle Jean.

Drônes, IA, impression 3D

Certains des projets accompagnés font intervenir des technologies novatrice, l'IA ou le numérique. C'est le cas par exemple de Prodrones, qui vise à modéliser en 3D les récifs de coraux grâce à des prises de vues aériennes par drones. Le but : suivre la croissance et la mobilité du corail et réaliser des études d'impact de certains aménagements sur les écosystèmes sous-marins. Le projet Corail artefact consiste à imprimer en 3D des supports de bouturage de corail. Le prototype du drone sous-marin Bentix, testé actuellement dans le cadre du Blue living lab, est lui aussi imprimé en 3D. Un projet accompagné a aussi porté sur la reconnaissance par l'IA des espèces sous-marines...

Les nouveaux projets sélectionnés le 13 avril portent sur des solutions pédagogiques pour donner aux enfants l'envie d'apprendre à travers l'environnement, la construction de petites unités de traitement de déchets plastiques marins, un service de transport transmanche propre pour les piétons et les cyclistes et un système de communication audiovisuel sous-marin. Le Blue living lab est financé principalement par Nausicaá et subventionné par la Région Hauts-de-France.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS