BMW, Ford et GM prennent la route de l’autopartage

BMW, Ford et GM associent désormais un service d’autopartage directement à leurs véhicules, parfois dès la vente. Plutôt que de subir le succès des Uber et Blablacar, ils passent à l’offensive avec des dispositifs concurrents. Et peut-être un bonus : des véhicules davantage utilisés doivent être renouvelés plus souvent.

Partager
BMW, Ford et GM prennent la route de  l’autopartage

S’ils veulent continuer de vendre leurs produits, les constructeurs automobiles n’ont plus le choix. Il leur faut s’adapter aux nouveaux usages dopés par des plates-formes numériques telles Uber ou Blablacar. BMW, Ford et GM l'ont compris. Ils ont tous officialisé des services d’auto-partage associés à leurs véhicules dès la vente.

Le groupe allemand ouvrira ainsi dès l’an prochain son système DriveNow d’autopartage aux particuliers propriétaires de Mini, dans certaines villes. Même chose pour Opel CarUnity chez GM. Quant à Ford, il propose un dispositif semblable à 12000 de ses clients londoniens (pour commencer) passés par sa branche finances pour acquérir leur véhicule.

assurance et clé comprises


Pour rendre leurs services attractifs, les trois industriels proposent en effet des dispositifs intégrés facilitant le partage. Selon le quotidien américain FT, la plupart du temps, le constructeur prélèvera ainsi une partie du prix payé par le loueur (comme sur les plates-formes numériques) pour fournir les assurances et garanties nécessaires.

L’utilisateur provisoire bénéficiera aussi, en général, d’outils disponibles via l’app du service. Comme le propriétaire, il pourra par exemple démarrer le véhicule sans clé physique, mais grâce à une clé virtuelle échangée sur smartphone.

Des usages qui accélérent le renouvellement

Enfin, comme le note un analyste d’UBS cité par le FT, "plus les véhicules sont utilisés, pour du partage, de la mutualisation, plus ils s’usent et doivent être remplacés rapidement !" Sans compter l’envolée des ventes de certains modèles, plébiscités par les chauffeurs de VTC, par exemple, comme l’expliquait récemment Thibaud Simphal, DG d’Uber France à l’Usine Digitale. Alors, l’auto-partage, tout bénéfice finalement pour l’industrie automobile ?

Avec Christophe Bys

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS