Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

BMW s'appuie sur Baidu pour son véhicule autonome

Le groupe allemand a signé l'année dernière un partenariat exclusif avec Baidu, le "Google chinois", pour développer son véhicule autonome.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

BMW s'appuie sur Baidu pour son véhicule autonome
BMW s'appuie sur Baidu pour son véhicule autonome © DR

Si le centre de recherche de BMW à Shanghai est situé dans une rue très calme de l'ancienne concession française, c'est pourtant sur le chaos routier que travaillent la soixantaine d'ingénieurs localisés ici depuis quatre ans. Dans le garage au fond d'une petite cour bordée d'arbres, dort l'un des principaux programmes du centre, une grande berline BMW Série 5 à conduite autonome.

Voiture autonome

Sebastian et ses collègues ingénieurs l'ont testée la semaine dernière sur circuit et exploitent depuis les centaines de données recueillies. "La voiture est fabriquée en Chine, mais c'est nous qui avons installé tout le système, les softwares, des capteurs. Nous utilisons aussi ceux déjà présents, notamment aux quatre coins de la voiture", explique Sebastian. Sur l'écran de l'ordinateur qui modélise les données recueillies, des traits lumineux entourent tout le véhicule et détectent les piliers du bord de la piste ou un véhicule roulant à côté d'elle. "Elle sait suivre sa trajectoire, reconnaît les véhicules autour d'elle", raconte l’ingénieur.

Un partenariat exclusif

BMW ne travaille pas seul sur ce projet. L'Allemand s'est associé au géant de l'Internet chinois Baidu, qui travaille lui aussi sur le véhicule autonome. Ce dernier, qui a récemment pris des parts dans la société de VTC Uber, a d'ailleurs son propre prototype avec des capteurs sur le toit et un look dans l'esprit de la Google Car. "Baidu a une licence pour cartographier la Chine, explique Rene Wies, directeur du centre de recherche et développement BMW à Shanghai. Nous leur donnons accès aux capteurs de la voiture pour utiliser les cartes. Le contrôle du véhicule reste quant à lui à BMW". Le constructeur allemand compte aussi sur Baidu pour travailler sur la précision de la cartographie, notamment pour suivre la construction permanente de nouvelles routes.

« Highly automated driving »

"Nous cherchons à établir des standards", poursuit Rene Wies. Le directeur est certain que la guerre autour de la cartographie a déjà débuté. Pour lui, le "mapping" sera crucial pour le véhicule autonome comme pour la recherche de destinations personnalisées et donc pour l’élaboration de nouveaux business-model.

Mais BMW veut aller plus loin que la GoogleCar avec une autonomisation plus élevée avec une conduite très autonome, la HAD ou "Highly automated driving". "Un habitant de Shanghai passe en moyenne 1h55 par jour sur la route. Par an, il passe plus de 400 heures dans les bouchons. La HAD lui offrira un peu de temps de détente sur la route", estime Sebastian l’ingénieur.

BMW affirme que la Chine sera demain le premier marché pour ce genre de technologies, car le pays compte beaucoup de conducteurs débutants et friands de technologies. A terme, certains développements réalisés pour la Chine pourraient être rapatriés en Allemagne, pour la mise au point d'une version occidentale de ces technologies d'automatisation.

Pauline Ducamp, à Shanghai (Chine)

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale