Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

BNP Paribas lance un fonds d'investissement dédié aux fintechs et aux insurtechs

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

BNP Paribas annonce le lancement d'un fonds d'investissement, dont le montant n'a pas été dévoilé, visant à réaliser des prises de participation minoritaires dans les start-up de la finance et de l'assurance. Des investissements indirects seront aussi réalisés à travers des sociétés de capital-risque.

BNP Paribas lance un fonds d'investissement dédié aux fintechs et aux insurtechs
Siège social de BNP Paribas Cardif. © BNP Paribas Cardif

Après l'accompagnement, l'investissement. BNP Paribas, qui dispose déjà d'un programme d'accélération dédié aux fintechs et aux insurtechs en partenariat avec le californien Plug and Play, a annoncé, jeudi 22 février 2018, le lancement d'un fonds d'investissement visant spécifiquement ces jeunes pousses qui réinventent les services bancaires et assurantiels.

 

des investissements directs et indirects

Ce fonds, dont le montant reste confidentiel, sera géré par BNP Paribas Capital Partners. Il aura pour mission de réaliser des prises de participation minoritaires au sein de start-up dont les services pourraient intéresser les métiers du groupe. "Nous investirons dans des start-up qui développent des solutions en lien avec le monde bancaire au sens large. Cela pourra être des solutions dédiées au parcours clients, à l'innovation dans les process ou encore à la gestion d'actifs", indique le groupe bancaire. "Nous soutiendrons des start-up qui par leurs innovations ont le potentiel de transformer radicalement et durablement nos métiers. En termes de maturité nous focaliserons notre action sur les start-up qui lèvent une serie A ou B", ajoute l'établissement contacté par la rédaction. Le ticket moyen de ces investissements et le nombre d'opérations prévues restent, eux aussi, confidentiels.

 

En parallèle de ces investissements directs, le nouveau fonds prévoit également de réaliser des investissements indirects à travers des sociétés de capital-risque déjà existantes, "dont les priorités technologiques (intelligence artificielle, data, blockchain, cybersécurité), géographiques et thématiques répondent à celles des différentes activités de BNP Paribas", précise le groupe dans un communiqué de presse. "Compte tenu de l’envergure de notre périmètre à la fois géographique et business / technologique, cela nous semble intéressant de nous associer à des fonds qui ont un axe de travail vertical pour mieux éclairer nos opportunités d’investissement", ajoute BNP Paribas.

 

Déjà trois premiers investissements

Plusieurs investissements indirects ont d'ailleurs déjà été réalisés depuis un an dans les fonds Serena Data Ventures (véhicule d'investissement européen de Serena Capital dédié au big data et à l'intelligence artificielle), Viola Fintech  (un fonds d'investissement israélien spécialisé dans les fintechs internationales et doté d'une enveloppe de 100 millions de dollars) et Ventech China (un fonds basé à Shanghai et spécialisé dans les start-up technologiques en phase d'amorçage).

 

BNP Paribas n'est pas le seul acteur traditionnel de la banque à opter pour une stratégie d'investissement en capital-risque. En novembre dernier, le groupe BPCE a annoncé un partenariat avec la société de capital-risque Truffle pour investir dans des pépites de la fintech et de l'insurtech via le nouveau vehicule Truffle Financial Innovation Fund. A travers ce partenariat, BPCE souhaite aller au-delà de la simple activité d'investissement et participer activement à la création et à l'accompagnement de 12 à 15 start-up d'ici 2021. Un moyen pour le groupe coopératif, qui rassemble les Banques Populaires et les Caisses d'Epargne, d'inventer une R&D d'un nouveau genre.

 

Prendre le pouls des tendances

Plus généralement, les grands groupes optent pour une politique d'investissement afin de mieux comprendre les rythmes d'innovation. "Lorsque vous êtes investisseur dans une start-up, vous êtes associé à des travaux, des réunions, qui vous permettent de comprendre les évolutions de marché. Cela vous permet d'être exposé à des cas clients réels de la start-up et ainsi de comprendre la complexité du sujet, les besoins spécifiques que peuvent avoir des clients. Sur la base de ces interactions, vous pouvez prendre un meilleur pouls des tendances, identifier quel secteur économique est le plus intéressé par une technologie", nous confiait l'été dernier George Nahon, le patron d'Orange Silicon Valley.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale