Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Boa Concept utilise la réalité virtuelle pour mieux vendre ses convoyeurs

Les installations de convoyeurs industriels peuvent être très complexes dans les grands entrepôts. Pour aider ses clients à mieux les visualiser avant l'achat, l'entreprise française Boa Concept s'appuie sur la réalité virtuelle.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Boa Concept utilise la réalité virtuelle pour mieux vendre ses convoyeurs
Boa Concept utilise la réalité virtuelle pour mieux vendre ses convoyeurs © Boa concept

L'entreprise française Boa Concept, spécialiste des convoyeurs modulaires, utilise la réalité virtuelle pour mieux remporter les grands contrats. Cette jeune entreprise innovante a été créée en 2012 par Jean-Lucien Rascle et Chantal Ledoux avec comme objectif de créer un convoyeur "plug and play", capable d'être reconfiguré très rapidement. Chaque module embarque pour ce faire une partie informatique, ce qui leur permet de se reconnaître automatiquement entre eux.

 

Ce concept de convoyeur modulaire intelligent permet de gagner énormément de temps lorsqu'une installation doit être modifiée, à tel point que Boa Concept propose désormais ses convoyeurs à la location. L'entreprise réfléchit même à transformer son business model vers la vente de service, et non plus de matériel. L'idée pour les clients est de prévoir leur aménagement à l'année au lieu de se tenir à des plans sur cinq ans, et de pouvoir faire évoluer leur installation en fonction des besoins.

 

Mieux visualiser les installations complexes

Boa Concept se veut aussi novateur dans la vente, et c'est là qu'intervient la réalité virtuelle. "Il est difficile de se rendre compte de tous les détails et même d’imaginer l'installation avec des plans papier, explique Jean-Lucien Rascle, PDG de Boa Concept. La réalité virtuelle permet de faire une présentation plus simple et plus séduisante au client, mais surtout de l'immerger complètement dans l’installation, en simulant tout l'entrepôt".

 

Boa Concept insiste particulièrement sur la fidélité graphique, à tel point qu'il faut s'appliquer pour faire la différence entre la simulation et la réalité.

 

Moins d'allers-retours avant la mise en œuvre

L'un des bénéfices de cette avant-vente en VR est d'implémenter plus rapidement les remarques des clients. Ces derniers peuvent se déplacer dans l'environnement 3D pour mieux se rendre compte du volume d’exploitation et prendre des décisions sur la manière de mener leur projet. "Nous gagnons en moyenne une dizaine d'itérations par projet", déclare Jean-Lucien Rascle, ce qui représente autant de jours-hommes pour les ingénieurs avant-vente de l'entreprise. Cela permet également d’anticiper les points bloquants en amont et de limiter les modifications de dernière minute.

 

Boa Concept en quelques mots

 

Fondée en 2012, Boa concept compte une cinquantaine de salariés. L'entreprise opère principalement en France, mais aussi en Allemagne et en Belgique. Elle compte parmi ses clients des entreprises comme Oscaro, Orexad, Gémo, Private Sport Shop, Motoblouz ou Mécalog. Son chiffre d'affaires est évalué à 5 ou 6 millions d'euros pour l'année fiscale en cours par Jean-Lucien Rascle, son PDG.

Les démonstrations en réalité virtuelle sont réalisées par le prestataire VR Solutions à l'aide de casques VR et stations de travail Dell Precision 3630. "Nous travaillons sous SolidWorks, détaille Jean-Lucien Rascle. Nos modèles CAO sont exportés puis retravaillés par VR Solutions pour en enlever les scories, les placer dans le bon environnement, et rajouter la luminosité, les couleurs, etc." Le dirigeant attache une importance toute particulière à la fidélité du rendu.

 

Boa Concept a commencé à utiliser la réalité virtuelle fin 2017. Elle ne l'utilise pour le moment que pour les installations les plus grandes et complexes (par exemple avec plus d'un kilomètre de convoyeur ou plusieurs étages), et dont le coût dépasse un certain montant. "Le passage de SolidWorks à l'expérience VR est encore un peu lourd, il prend un peu de temps. Sinon nous pourrions le généraliser." A l'heure actuelle cela représente deux à trois installations par an.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale