Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Bodyguard lève 9 millions d'euros pour sa solution de modération en ligne

Levée de fonds La start-up niçoise, qui dispose d'une offre gratuite pour les particuliers et d'une solution à destination des entreprises, entend adapter son outil pour qu'il puisse être utilisé dans le métavers. Pour cela, Bodyguard va devoir mettre au point une solution de modération comprenant les contenus sonores et visuels.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Bodyguard lève 9 millions d'euros pour sa solution de modération en ligne
Bodyguard lève 9 millions d'euros pour sa solution de modération en ligne © Bodyguard

Bodyguard, qui s'est fait connaître avec sa solution pour lutter contre le cyber-harcèlement, lève 9 millions d'euros. La start-up niçoise a annoncé le 10 mars 2022 avoir réalisé cette levée auprès de Keen Venture Partners, Ring Capital et Starquest Capital.

Automatiser  la modération
La start-up a mis au point une intelligence artificielle qui combine expertise linguistique et analyse contextuelle. La solution est en capacité de comprendre les nuances de la langue, du langage SMS, des émojis, des abréviations, des mots censurés et des fautes d'orthographe. Sont détectés les contenus haineux (menaces, racisme, misogynie, insultes, moqueries sur le physique, LGBTQI+phobie, harcèlement moral et sexuel) et les contenus polluants (spams, arnaques et publicités indésirables).

La jeune pousse a lancé son application grand public en 2018 afin de lutter contre la haine en ligne. La solution fonctionne avec des plateformes comme Twitter, Facebook, Twitch, YouTube et Instagram. Bodyguard promet de modérer le contenu avant même qu'il soit vu. Il est possible de choisir le niveau de modération souhaitée selon les contenus (insultes, troll, racisme, etc.). Si les commentaires négatifs ne sont pas visibles, la personne utilisant Bodyguard peut y accéder à tout moment si elle le souhaite puisqu'ils ne sont pas supprimés.

Puis, le spécialiste de la modération en ligne a lancé en 2021 une offre BtoB qui a déjà séduit des médias comme le groupe M6, Brut et Konbini, mais également des entreprises comme Jellysmack et Powder ou la Ligue de Football Professionnel. Au total, Bodyguard assure que ses solutions protègent plus de 700 millions de personnes à travers le monde et affirme pouvoir modérer plus de 95% des contenus toxiques en temps réel. Ce sont 50 millions de commentaires haineux en 5 langues qui sont analysés tous les mois par ses outils.

"Modérer le métavers"
Avec cette levée de fonds, Bodyguard entend adapter ses outils au métavers. Pour l'aider, elle veut doubler ses effectifs en 2022 et ouvrir un nouveau bureau à Londres en plus des trois bureaux en France et celui de Los Angeles. Surtout, la pépite explique vouloir se tourner vers le métavers. Son objectif est d'anticiper les évolutions à venir pour les accompagner et modérer les contenus sur les nouvelles plateformes qui pourraient voir le jour.

Pour cela, la start-up va travailler à intégrer dans sa technologie des contenus sonores, visuels et vidéo. Un autre point de développement concerne l'ajout de langues supplémentaires, ce qui lui permettra de viser une expansion internationale. Enfin, elle souhaite mettre au point un "outil de gestion de communauté doté d'un système de modération automatisé et personnalisé combiné à une analyse approfondie de la communauté". Malheureusement, la modération a de beaux jours devant elle. Une testeuse anglaise de Horizon World, une version bêta du métavers de Meta, a rapporté fin décembre une tentative de viol sur son avatar.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.