Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Bone 3D et l'hôpital Saint-Joseph développent des simulateurs médicaux grâce à la fabrication additive

La start-up Bone 3D et le groupe hospitalier Paris Saint-Joseph s'allient pour créer des modèles anatomiques médicaux en 3D. Ils serviront à la formation et la recherche dans la chirurgie vasculaire et les pathologies vasculaires pulmonaires. 
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Bone 3D et l'hôpital Saint-Joseph développent des simulateurs médicaux grâce à la fabrication additive
Bone 3D et l'hôpital Saint-Joseph développent des simulateurs médicaux grâce à la fabrication additive © Bone 3D

La start-up Bone 3D, spécialiste de la fabrication additive médicale, annonce ce 30 mars une collaboration avec le groupement hospitalier Paris Saint-Joseph – qui regroupe l’hôpital Marie-Lannelongue et l’Hôpital Paris Saint-Joseph – pour développer des simulateurs interventionnels grâce à la fabrication additive. Il s'ait de modèles anatomiques dans deux domaines médicaux : la chirurgie vasculaire (traite les maladies des artères, veines et vaisseaux du thorax, des bras et des jambes) et la prise en charge des pathologies vasculaires pulmonaires. 

Une alternative à l'expérimentation animale
A travers cet accord, les deux parties souhaitent mettre en commun leurs expertises en matière de haute fidélité des modèles 3D (anatomie, caractéristiques, biomécaniques), lit-on dans le communiqué. L'objectif de ces simulateurs est de proposer une alternative à l'expérimentation animale tant pour les formations chirurgicales innovantes que pour le développement de dispositifs médicaux innovants. 

Une première gamme de simulateurs en chirurgie vasculaire a déjà été testée. Ils ont permis de former 8 chirurgiens à la prise en charge des thromboses périphériques (oblitération, par la formation d'un caillot, d'un vaisseau sanguin, artériel ou veineux, ou d'une cavité cardiaque).
 


Bone 3D a été fondée en 2018 par Jérémy Adam. Elle s'est spécialisée dans le marché des dispositifs médicaux imprimés. Elle fabrique par exemple une gouttière de repositionnement pour les opérations des mâchoires. Elle a tissé des partenariats avec des établissements médicaux, comme l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) pour l'exploitation de prothèses nasales pour les enfants atteints de fente labio-palatine (bec-de-lièvre). 

La jeune pousse parisienne souhaite également accélérer l'adoption de la fabrication additive médicale. Pour accompagner les hôpitaux, elle a lancé l'offre HospiFactory, qui permet d'accéder à des imprimantes et des experts sous forme d'abonnement. L'AP-HP est client. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.