Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Boom du cyber-espionnage en Europe de l'Est

Le piratage informatique à des fins d'espionnage se développe rapidement. Ses principaux acteurs sont des groupes privés, mais également des services officiels de certains pays d'Europe de l'Est, comme le montre l'une des plus importantes études annuelles sur le sujet.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Boom du cyber-espionnage en Europe de l'Est
Boom du cyber-espionnage en Europe de l'Est © Tor Hakon - Flickr - C.C.

En 2013, les intrusions malveillantes motivées par l'espionnage provenaient pour 49% de Chine et d'autres pays d'Asie orientale, mais les pays d'Europe orientale, notamment russophones, ont été soupçonnés dans 21% des cas, précise l'opérateur américain Verizon Communications dans son rapport annuel "Data Breach Investigations Report".

Ces deux régions se classent de très loin en tête de l'échantillon étudié, dans lequel plus de la moitié des données détournées l'ont été à des victimes établies aux Etats-Unis. Dans environ 25% des cas, l'origine géographique de l'intrusion n'a pas pu être déterminée, précisent les auteurs de l'étude.

Revente de données aux Etats

Si le nombre total d'incidents identifiés comme étant des tentatives d'espionnage a triplé à 511, cela s'explique en majeure partie par le fait que le rapport sur 2013 prend en compte de nouvelles sources. Mais il reste en hausse sur la base des seules sources utilisées l'année précédente, précise Bryan Sartin, l'un des enquêteurs de Verizon.

L'étude attribue 11% des cas d'espionnage informatique à des organisations criminelles organisées et 87% à des Etats. Dans certains cas, des organisations criminelles cherchaient sans doute à revendre les données détournées à des Etats ou à des concurrents des entreprises prises pour cible, explique l'étude, menée avec Intel, McAfee, Kaspersky Labs, d'autres sociétés privées et des administrations publiques.

"Nous assistons à un début de rapprochement entre le crime organisé classique et l'espionnage", résume Bryan Sartin, ajoutant que cette tendance devrait se poursuivre.

Avec Reuters

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale