Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Bourget 2015 : quand l'intelligence artificielle corrige votre cahier des charges...

Le toulousain Prometil innove en proposant un système de traitement automatique du langage naturel dédié aux cahiers des charges. Le principe ? S'assurer que les spécifications sont claires et conformes tout en diminuant la charge de travail de ceux qui les rédigent.

mis à jour le 19 juin 2015 à 22H13
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La PME toulousaine Prometil est présente au salon du Bourget 2015 pour y présenter Semios, un logiciel de traitement automatique du langage naturel conçu spécifiquement pour les cahiers des charges. Prometil est à la base une entreprise de services, présente dans les secteurs du cycle de vie des produits systèmes et logiciels, du cahier des charges jusqu'aux tests, et d'accompagnement sur les nouvelles technologies (mobilité, tactile...).

 

Mais cette petite entreprise de 38 salariés, au CA de 2,9 millions d'euros en 2014, a entamé une transformation pour sortir du service pur. "Je ne voulais pas tomber dans le service généraliste, trop compliqué à gérer à terme, explique Marc Canitrot, directeur général de Prometil. Nous préférons offrir des solutions métiers."

 

L'intelligence artificielle au service des ingénieurs

 

Semios a été lancé il y a un peu plus de six mois, mais Prometil investit dans cette technologie issue du laboratoire de recherche toulousain IRIT-CNRS depuis 4 ans. "Nous avons embauché des docteurs et réalisé la partie interface produit. Nous avons également intégré de nombreuses règles qui permettent d'avoir une bonne qualification des spécifications, pour coller au plus proche des procédures industrielles," précise Marc Canitrot. "Nous pressentions ce besoin, mais il a fallu que le produit arrive à maturité." Le postulat de départ étant qu'il est déjà difficile de demander aux ingénieurs de bien formaliser leurs exigences sans avoir en plus à leur dire "attention, vous ne rédigez pas correctement".

Semios utilise des techniques d'intelligence artificielle pour analyser le contenu d'un cahier des charges et identifier les erreurs potentielles. Le but est de les corriger le plus tôt possible. "Une erreur qu'on détecte dans le cahier des charges initial va coûter 100 fois moins cher qu'une erreur détectée plus tard," commente Marc Canitrot. Le logiciel gère le français et l'anglais, intègre 80 règles de détection et peut être adapté à la réglementation, aux préconisations et aux contextes métiers.

 

Pour plus de simplicité, il est également conçu comme un simple plugin et s'intègre directement aux outils classiques utilisés pour les cahiers des charges, comme Microsoft Word ou IBM Rational DOORS. Une sorte de correcteur spécialisé, sémantique et pas orthographique. L'outil, vendu sous une formule SaaS annuelle, est aujourd'hui déployé notamment chez DCNS, Liebherr et Microturbo, et des pourparlers sont en cours avec Safran. Un très bon départ qui donne de l'ambition à Marc Canitrot. "Notre objectif de croissance est de doubler, voire tripler notre chiffre d'affaires d'ici 4 à 5 ans."

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale