Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Bouygues Telecom poursuivi devant la Cnil pour avoir intégré des pixels espions dans ses emails clients

Bouygues Telecom intégrerait des pixels espions, une alternative de traçage aux cookies, dans les emails adressés à ses clients sans leur consentement. L'association eWatchers vient de déposer une plainte contre l'opérateur devant la Cnil pour demander l'arrêt de cette pratique et un dédommagement pour toutes les victimes. 
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Bouygues Telecom poursuivi devant la Cnil pour avoir intégré des pixels espions dans ses emails clients
Bouygues Telecom poursuivi devant la Cnil pour avoir intégré des pixels espions dans ses emails clients © Bouygues Telecom

L'association eWatchers, ayant pour objectif d'améliorer la protection des internautes, annonce dans un communiqué avoir déposé une plainte contre Bouygues Telecom devant la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil). Elle l'accuse d'intégrer des "pixels espions" dans les emails adressés aux clients pour "les informer qu'une nouvelle facture est disponible dans leur espace personnel, pour les avertir que leur forfait évolue ou pour réaliser des opérations promotionnelles". 

Une alternative aux cookies
Un pixel espion, également connu sous le nom de web beacon, est une méthode de traçage alternative aux cookies publicitaires. Il est traditionnellement mis en oeuvre sous la forme d'une image de 1 pixel par 1 pixel. Intégré dans un site Internet ou un email, il est invisible pour l'utilisateur. Le chargement de cette image, dont le nom contient un identifiant de l'utilisateur, informe le serveur sur lequel elle est hébergée que l'utilisateur a bien visité une page ou lu un email.

D'après les informations d'eWatchers, Bouygues Telecom intègre dans les emails un pixel appartenant à Google Analytics et un second appartenant à Weborama, une société spécialisée dans la collecte de données marketing et la diffusion de campagnes publicitaires en ligne. 

Aucune anonymisation des adresses IP
L'analyse des emails clients a ainsi révélé que "l'opérateur a, volontairement ou involontairement, omis d’activer l’option permettant d’anonymiser les adresses IP collectées par Google Analytics et omis de désactiver l’option permettant de ne pas utiliser les données collectées à des fins de publicité ciblée", peut-on lire dans le communiqué.

Or, comme le rappelle l'association, la collecte de données personnelles comme l'adresse IP ou l'adresse mail d'une personne, est encadrée par le Règlement général sur la protection des données (RGPD). D'après l'association, Bouygues Telecom devrait informer ses clients et leur demander leur consentement, à l'instar des cookies wall. Ce qui n'est pas fait, rétorque eWatchers. Seule une option est proposée à l’abonné lui permettant de s’opposer à la réception d’e-mails promotionnels, mais le refus de l’internaute n’est même pas pris en compte en réalité, précise-t-elle. 

Une demande de dédommagement
Par conséquent, la requérante demande à Bouygues Telecom de retirer les pixels espions des emails envoyés à ses abonnés ainsi que de les informer et de récolter leur consentement. L'opérateur doit supprimer les données personnelles récoltées jusqu'ici et qu'il fasse le nécessaire pour que les sociétés tierces les suppriment également.

Un dédommagement pour tous les clients touchés est également exigé. Contacté par L'Usine Digitale sur la véracité de ces accusations, Bouygues Telecom n'a pour l'instant pas répondu à nos sollicitations.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.