Actualité web & High tech sur Usine Digitale

BPCE croque la cagnotte LePotCommun.fr pour s'imposer dans l'économie du partage

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

LePotCommun.fr vient d'être croqué par BPCE, qui  a racheté 85% des parts de ce spécialiste des cagnottes en ligne, via sa filiale S-money. Objectif : atteindre le plus vite possible une taille critique suffisante pour devenir LE leader français et européen du paiement communautaire. 

BPCE croque la cagnotte LePotCommun.fr pour s'imposer dans l'économie du partage
BPCE croque la cagnotte LePotCommun.fr pour s'imposer dans l'économie du partage © LePotCommun.fr

Moins d'un mois après le Crédit Mutuel Arkea, qui a investi plus de 50 millions d'euros dans Leetchi, c'est au tour de BPCE de mettre la main sur une fintech française. Le groupe a racheté, pour un montant gardé secret, 85% des parts de la start-up LePotCommun.fr, spécialisée dans les cagnottes en ligne (tout comme Leetchi). La banque va progressivement monter à 100% du capital en trois ans.

 

BPCE ne réalise pas cette opération directement : elle passe par sa filiale spécialisée dans le développement de projets "façon start-up" S-money. Créée il y a 4 ans, elle a notamment développé le service de paiement Izly, utilisé dans tous les Crous de France.

 

LePotCommun.fr garde sa marque

Le théâtre de cette annonce, réalisée le 21 octobre, n'a pas été choisi par hasard : le nouveau siège de S-money, situé dans le 14e arrondissement de Paris, était une vieille sous-station d'alimentation électrique d'EDF. Ce vaste espace de 6000 mètres carrés a depuis été transformé en bureaux, réservés à des PME innovantes. Objectif : montrer au grand public que le colossal groupe BPCE sait aussi travailler avec des structures agiles.

 

LePotCommun.fr devient une filiale de S-money, mais continuera à opérer sous sa propre marque. Sa direction opérationnelle reste aux mains de ses trois co-fondateurs et cousins,  Adrien Souchachet, Ghislain Foucque et Thibault Saint-Georges Chaumet.

 

une aventure familiale 

"Cette aventure familiale a démarré en octobre 2011, après un réveillon où nous avons mis un temps fou à nous rembourser mutuellement. Nous avons décidé de créer une cagnotte en ligne, pour permettre aux internautes de collecter facilement de l'argent pour les anniversaires, les pots de départs…", raconte Thibault Saint-Georges Chaumet.

 

"Le phénomène est viral : à chaque fois qu'un utilisateur crée un pot commun, il y inscrit en moyenne douze personnes. Trois d'entre elles créent un pot commun à leur tour", poursuit-il. Le service compte aujourd'hui plus d'un million d’utilisateurs actifs, 200 000 transactions quotidiennes et 150 millions d’euros de collecte annuelle. LePotCommun.fr a enregistré depuis un an une croissance de 180 % de son activité, même si le marché est occupé par d'autres, comme Leetchi.

 

la guerre du paiement communautaire

Cette guerre autour du paiement communautaire ne fait pas peur aux deux partenaires, qui souhaitent atteindre le plus vite possible une taille critique suffisante pour s'imposer à l'international. "Nous voulons devenir le leader français et européen de la cagnotte en ligne, avec un lancement dès 2015 en Espagne, mais aussi créer un acteur complet autour du paiement communautaire, en développant de nouveaux services autour de la collocation par exemple", affirme Nicolas Chatillon, président exécutif de S-money.  Fin 2014, LePotCommun.fr avait conforté son positionnement en acquérant le pionnier du marché Commonbox.

 

Avant cette prise de participation, la start-up était déjà partenaire de S-money : pour opérer son activité de paiements communautaires, elle utilisait depuis plus d'un an la plate-forme de collecte de fonds pour compte de tiers de la filiale de BPCE (qui demande un agrément difficile à obtenir). Approchée par plusieurs institutions bancaires, c'est cette histoire commune qui a poussé LePotCommun.fr à choisir S-money.

 

La jeune pousse, qui collabore avec des e-commerçants comme Amazon ou La Redoute, souhaite tisser des liens avec d'autres acteurs de la vente en ligne. "Nous voulons offrir une expérience à 360° à nos utilisateurs, du pot commun, en passant par la boite à idée où ils peuvent voter pour leurs cadeaux préférés, jusqu'à la dépense des fonds collectés sur des sites partenaires", détaille Ghislain Foucque. En parallèle de cette prise de participation, BPCE va investir un montant non communiqué dans la start-up, pour l'aider à réaliser ses objectifs.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale