Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Braintree : pourquoi la plateforme de paiement d’Uber et Airbnb s'implante en France

Braintree se renforce en France. Et annonce la nomination d’Eric Tudoux au poste de directeur général France. Mais que fait vraiment cette filiale de Paypal et pourquoi a-t-elle choisi de se développer dans l'Hexagone ? Eric Tudoux a répondu aux questions de L’Usine Digitale.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Pourquoi la plateforme de paiement d’Uber et Airbnb s'implante en France
Eric Tudoux, ex-Ingenico, a été nommé Directeur général France de Braintree (filiale de PayPal) début septembre 2016. © Braintree/PayPal

C’est la plateforme de paiement d’Uber, d’Airbnb, de Pinterest et de Dropbox. Pourtant, elle est peu connue. Surtout en France. Son nom ? Braintree. Si elle souffre encore d’un manque de notoriété, la société affiche des positions et des résultats intéressants… En trois ans, la société a multiplié son nombre de transactions par 25, soit une valeur de 50 milliards de dollars. Une croissance qui s’explique par la progression exponentielle de ses clients, mais aussi par son rachat par PayPal  en 2013 pour un montant de 800 millions de dollars en 2013.

 

Des bureaux en France et 2 recrutements en cours

En France, Braintree compte notamment Withings, Resto-In, Stuart ou Monsieur Barbier parmi ses clients. Mais si elle commercialise ses services depuis 2012 dans l’Hexagone, elle n’y avait pas encore de bureaux. C’est désormais chose faite. Eric Tudoux, ex VP Head of marketing d’Ingenico, a été nommé directeur général France de la société début septembre 2016. Il a été recruté pour accompagner ce développement. L’annonce a été officialisée ce mardi 4 octobre 2016 à Paris. Son objectif ? "Acter une présence en France avec plus de ressources, et accompagner les commerçants de toute taille pour améliorer du taux de conversion sur mobile", a-t-il déclaré à L’Usine Digitale.

 

Aider les commerçants français à passer le cap du paiement mobile

"Les commerçants sont de plus en plus demandeurs de conseils pour se développer sur le mobile. Et quand on sait que 27% des paiements en ligne se font aujourd’hui via le mobile en France, selon la Fevad, on se dit que c’est le bon moment pour Braintree d’assister les commerçants français", avance Eric Tudoux.

 

Pour l’instant, le nouveau patron navigue entre les bureaux parisiens de Paypal et un espace de coworking pour être proche des communautés de start-up. "Nous en sommes très proches, mais nous souhaitons aller bien au-delà". Pour cela, Braintree s’appuie sur une équipe d’une dizaine de personnes francophones réparties à l’international et compte recruter rapidement deux personnes en France.

 

Une plateforme de paiement "full stack"

"Nous sommes une plateforme full stack et internationale. 10 à 15 minutes suffisent pour l'implanter", indique Eric Tudoux. Avant de préciser : "Une seule intégration suffit pour tous les moyens de paiement. Les API sont enrichies au fur et à mesure des développements et des mises à jour des moyens de paiement. Nous assurons aussi la sécurité." ApplePay, PayPal, cartes bancaires (Mastercard, Visa), Union Pay, Android Pay… elle intègre tous les nouveaux modes de paiement. Autre argument mis en avant par la société : son positionnement international. "Braintree étant présente dans 46 pays, beaucoup d’acteurs nous sollicitent pour accompagner leur développement à l’international. Les commerçants peuvent proposer leurs produits dans 132 devises et se faire payer en 14 devises". Un avantage pour l’export, en effet…

 

Miser sur le commerce contextuel, au cœur des réseaux sociaux

La filiale de PayPal compte également développer son service de commerce contextuel en France. Un service sur lequel reposent les tests en cours aux Etats-Unis sur le bouton "Buy" de Pinterest ou sur les commandes Uber directement depuis Messenger. "Cela permet aux commerçants de capter directement leurs clients sur les réseaux sociaux sans que ceux-ci aient besoin de changer de plateforme ou d’application", explicite le dirigeant.

Côté business model, la société récupère un pourcentage et un fixe sur les transactions. "Nous sommes sur une base de 1,9%  plus 0,30 euros. Tous nos tarifs sont sur notre site", précise Eric Tudoux.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media