Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

BT lance son armée d'experts de la cyberdéfense à l'assaut des hackers

Avec plus de 2000 experts de la cybersécurité dans ses équipes, BT s'est composé une véritable armée qui traque les potentielles attaques des hackers, de plus en plus difficiles à repérer. Conception de logiciels d'analyse des réseaux capables de repérer les mouvements de données suspects, surveillance des collectifs virtuels de type Anonymous, hacking éthique pour repérer les failles de sécurité avant les vrais pirates… Ces équipes déploient des méthodes multiples pour protéger aussi efficacement que possible les systèmes informatiques des entreprises.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

BT lance son armée d'experts de la cyberdéfense à l'assaut des hackers
BT lance son armée d'experts de la cyberdéfense à l'assaut des hackers © DogFromSPACE - Flickr - C.C.

BT, anciennement British Telecom, met le paquet sur la cybersécurité. Le groupe anglais de télécommunication a lancé le 1er octobre Assure Threat Defense. Ce service repère, sur les installations informatiques, de ses utilisateurs les signes de piratages potentiels : les hackers attaquent de plus en plus souvent les entreprises avec des systèmes dits de "menaces persistantes avancées". Ils essayent de pénétrer leurs réseaux via des failles de sécurité, pour voler des données bien précises et les revendre sur le marché noir. Ce risque est dit persistant car les pirates peuvent s'y prendre à de nombreuses reprises pour s'introduire dans les installations.

Assure Threat Defense est composé d'un logiciel, qui enregistre l'ensemble du trafic sur le réseau des entreprises clientes ainsi que les téléchargements effectués sur toute une série d'appareils, du smartphone à l'ordinateur portable en passant par les serveurs. BT analyse ces données et repère les mouvements suspects, potentiels indices d'un piratage via le système de "menaces persistantes avancées". Les ingénieurs informatiques de la multinationale évaluent alors le risque d'attaque pour chaque client. Ils composent une fiche détaillant les procédures à accomplir pour protéger leur matériel.

Surveiller le réseau Anonymous

Ce nouveau service est le fruit d'une stratégie plus large de BT. Le groupe de télécommunication mise de plus en plus sur la cybersécurité, un marché florissant : "Toutes les entreprises sont aujourd'hui attaquées par des hackers qui veulent revendre leurs données. Certaines le savent, d'autre ne s'en rendent même pas compte. Elles ont besoin de produits de cyberdéfense pointus", souligne Luis Alvarez, PDG de la division "global sevice" de BT, lors d'une interview accordée à L'Usine Digitale.

La société recrute actuellement des informaticiens pour muscler ses équipes de cyberdéfense, qui réunissent déjà plus de 2000 salariés. "Ils surveillent de très près les réseaux de type Anonymous (un collectif virtuel d'activistes informatiques), où de nombreuses informations circulent sur les attaques à venir. Si l'une d'entre elles concerne l'un de nos clients, nous le prévenons immédiatement", explique Luis Alvarez.

Des hackers éthiques

En 2006, BT a racheté Counterpane. Cette compagnie fondée en 1999 par Bruce Schneier, un cryptologue américain expert  de la cybersécurité, est devenue une branche de la multinationale  (appelée BT Managed Security Solution). Elle est notamment spécialisée dans le hacking éthique : des pirates bien intentionnés testent les installations informatiques des entreprises pour repérer des failles potentielles que pourraient exploiter de vrais hackers.

Le groupe anglais investit également pour sécuriser son système cloud. Il disposait de 42 data centers dans le monde. Trois nouveaux viennent d'ouvrir au Japon, en Argentine et en Afrique du Sud. Ces centres de stockage sont connectés les uns aux autres. Les entreprises peuvent faire transiter leurs données d'un data center à  l'autre. Elles peuvent choisir dans quel pays elles souhaitent que leurs informations soient conservées. Une entreprise européenne préfèrera par exemple stocker ses données sensibles en France ou en Angleterre plutôt qu'aux Etats-Unis, pour éviter que le gouvernement américain y ait accès. Car outre-Atlantique, une loi votée en 2001 par l'administration Bush appelée le Patriot Act, autorise l'Etat à consulter l'ensemble des données des entreprises étrangères conservées sur son sol.

Lélia de Matharel

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale